Advertising Console

    L'Entzenbach de Romuald Weber

    Repost
    LARDUX FILMS

    par LARDUX FILMS

    104
    2 638 vues
    Romuald à travers tous ses films travaille sur la condition montagnarde, paysanne. Après Le Dernier Cri et avant Le Petit Homme, un film dans un style documentaire, simple, cru avec à l’image Christian Pfohl.

    Et le cochon ? Ben ... on l’a mangé !

    Le jour se lève sur la ferme de l’Entzenbach. Bernard y vit seul parmi ses bêtes. Aujourd’hui c’est le jour de la tuerie du cochon et son vieil ami Jean est venu lui prêter main forte dans cette tâche.

    Extrait de la note d’intention du réalisateur :
    L ’ENTZENBACH « La rivière des Elfes »
    Depuis des siècles, à l’approche de l’hiver, nos fermes alsaciennes se préparent à un évènement rituel, la tuerie du cochon.
    Aujourd’hui, cette tradition, ces gestes, se perdent doucement. Peu de paysans ont encore la possibilité de préparer leur viande comme autrefois. Les règles d’hygiène, les contrôles vétérinaires, rendent difficile le maintien de cette coutume.
    À la ferme d’Enzenbach, dans la vallée de Masevau, Bernard vit encore au milieu de ses bêtes, avec ses habitudes et ses gestes qui lui ont été transmis par son père, qui lui même les a appris de ses aïeux.
    Je souhaite éviter de montrer certains aspects trop violents ou trop sanglants de la scène qui pourraient être mal interprétés ou choquer. Je préfère filmer la tuerie du cochon en appuyant sur les gestes et les visages de nos fermiers.
    Ce documentaire de création raconte une journée, de l’aube au coucher, dans une ferme, avec les hommes qui travaillent et les animaux qui déambulent dans le froid.
    Filmé en Super 16, la photographie et la composition des images transmettent la poésie naturelle qui se dégage des paysages de l’automne et des gestes ancestraux. Les dialogues, enregistrés en alsacien, confèrent aux personnages leur authenticité.
    L’intention générale de ce documentaire de création est de montrer d’une manière naturelle la poésie qui se dégage de cette culture de la « terre ».
    Romuald WEBER