Blanche faïence de Gérard Ollivier

Découvrir le nouveau player
LARDUX FILMS
91
383 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
  • Playlists
Avec Marielle Mazillier au dessin, Gérard Ollivier réalise avec Blanche Faience son troisième film après Cent Papiers et Burger Burps & The Happy Farmer . Une ode à l’enfance, un sourire dessiné, un apprentissage enfin de l’amour et de l’imagination...

« À la maison, comme on est deux, c’est papa qui lave la vaisselle, et moi je lessive. Il dit que je m’applique pas, mais c’est parce que dans l’eau, sous les assiettes et les fourchettes, y’a aussi des sous-marins, y’a des films d’amour, y’a clap le crabe et des rêves de cinéma. »

A propos du film :
“ J’avais le projet de réaliser un court métrage en prise de vues réelles, en noir et blanc, où l’on ne verrait que des gros plans (de mains, de vaisselle...) sur fond de dialogues et de bruitages. J’ai commencé à tourner avec une caméra que j’ai empruntée, mais l’appareil a déraillé... Suite à une rencontre avec une dessinatrice, j’ai décidé de reprendre ce projet, de garder la bande-son initiale et de l’illustrer par des dessins. Ainsi est né « Blanche Faïence ». ”

A propos de l’animation:
“ J’aime le côté artisanal de l’animation, le côté enfantin qu’elle fait resurgir et la poésie qu’elle véhicule. C’est un travail individuel qui prend beaucoup de temps (pour la préparation des dessins, des décors...) avant que la collaboration avec des techniciens puisse prendre place, à partir du tournage. L’animation est accessible avec de petits moyens. ”
Gérard Ollivier

1 commentaire

Certes, une ode à l'enfance, mais confrontée à la réalité...
Par J-E-V il y a 3 ans