Françoise Benhamou - Quelles économies pour le numérique?

Les ERNEST
434
4 426 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
Comment l'industrie du livre ou de la musique peut-elle s'adapter aux révolutions provoquées par Internet?

5 commentaires

"Les uns verrons de beaux film et écouteront de belle musique alors que d'autres regarderont principalement des publicités, propagande, manipulations mentales, etc."

C'est le monde actuel que vous décrivez et la faute n'en revient pas aux droits d'auteurs.
Le capital financier n'est pas le facteur limitant de l'accès à la culture. Pour preuve, les grands classiques de la littérature sont dans le domaine public et pourtant ils ne caracolent pas en tête de gondoles. Comme le dit Benhamou, on dépense bien plus pour les matériels (ordinateurs, hifi, home cinema, consoles de jeux, iphone,...) que les contenus !
Par Wart_Dark il y a 4 ans
"je suis pour la rémunération de prestation et contre les droits d'auteur,"
Pourquoi l'artiste produisant des disques et refusant de monter sur scène ne mériterait pas rémunération ? En quoi l'écoute, la lecture, ou le visionnage d'une œuvre numérique n'est pas une prestation ?

Je vous livre la célèbre anecdote de la naissance de la SACEM : En mars 1847, Ernest Bourget, Paul Henrion et Victor Parizot, compositeurs connus, refusèrent de payer leurs consommations au café Les Ambassadeurs, estimant qu'ils ne devaient rien puisque l'établissement utilisait leurs œuvres sans les rétribuer en retour. Les trois musiciens gagnèrent le procès intenté par le café puis fondèrent la SACEM pour assurer la perception des redevances.
Par Wart_Dark il y a 4 ans
@Spaceeman :
La pauvreté de votre réflexion est consternante. Vous mêlez allégrement jugements moraux péremptoires et à l'emporte-pèce, calembours fumeux, et bons sentiments.

Il n'a jamais été question de rémunérer les auteurs et ayant-droits au prorata de la durée d'écoute ou d'usage.

La reconnaissance de droits patrimoniaux sur les œuvres de l'esprit n'a que peu de rapport avec une conception de l'artiste comme "génie" inspiré (divinement ou non). Historiquement, elle naît en France pour protéger les artistes - bohèmes loin de crouler sous l'or et de faire partie des élites - contre les éditeurs ne rétribuant pas leur travail. Être payer pour le travail que l'on fournit n'a rien de vaniteux et prétentieux.
Par Wart_Dark il y a 4 ans
Encore quelques pistes de réflexion : il y a 24 heures dans une journée durant lesquels nous pouvons percevoir des œuvres... et on peut même considérer les heures de sommeil pour dormir avec de la musique par exemple. 1°) les défenseurs des ayant-droit comptent-ils nous faire payer pour autant d'heures d'accès à des œuvres et combien ? 2°) Quelque soit le nombre d'heures que nous consacrons à la perception d'œuvre (écoute, lecture ou visionnage) pourquoi la somme d'argent dont nous disposons devrait déterminer les œuvres en question ? J'y vois une dangereuse forme de "ségrégation" ! Les uns verrons de beaux film et écouteront de belle musique alors que d'autres regarderont principalement des publicités, propagande, manipulations mentales, etc. La culture devrait être de manière égale accessible à tous ! Selon moi, la qualité de la démocratie en dépend. C'est pareil que pour l'enseignement, l'accès aux connaissances. Les œuvre véhiculent des idées, partage
Par Spaceeman il y a 4 ans
Vivre de ses œuvres ? J'y vois une forme d'élitisme et donc je suis contre. Par contre, tout travail mérite salaire ! Donc je ne suis pas contre de pouvoir vivre d'activités créatrice, artistique, culturelles, de divertissement. Donc je suis pour la rémunération de prestation et contre les droits d'auteur,

La propriété intellectuelle ? Pour moi, c'est le summum de la prétention, de la vanité. Ça me fait trop penser à la notion d'« inspiration divine », pas loin en fait du « roi soleil » mais probablement plus proche de l'enfant roi ! En sommes-nous encore là ?

Pour en revenir à la dame, je trouve qu'elle mélange les termes et notion de manière soit maladroite soit fallacieuse. Je pencherais d'avantage pour la maladresse car elle a l'aire plutôt sympathique :)
Par Spaceeman il y a 4 ans