l'insurrection qui vient -Eric Hazan-

2 292 vues

6 commentaires

Le Comité invisible passe son temps à éluder la question de la violence, c'est-à-dire celle de la répression réelle de l'Etat. Confrontés à cette question, dans l'Insurrection qui vient, ils ne trouvent qu'à dire : "il nous faut le 18 décembre 1871" (je cite de mémoire), à savoir le moment où la garde mobile s'est mutinée et a refuser de servir à la répression. Mais envisager la révolution, la fin du capital et de l'Etat, ce n'est pas envisager une promenande de santé portée par la "puissance éthique" des communes, c'est envisager un chaos sanglant. Le Comité invisible rêve. Bonne nuit.
Par Alain Cornebouc L'année dernière
Naulleau est terrorisé ça se voit. Il sort tout le temps le même "argument" tout fait: "C'est pas possible ça va mal finir". Mais le problème c'est qu'il y a des chances qu'il soit moins terrorisé par l'idée de changer le monde que par l'idée qu'une répression sans précédent s'abattrait inévitablement sur ces gens pleins d'espoir, les poussant à se radicaliser^^. Pauvre monde qui s'autocensure...
Par Pterano Il y a 4 ans
A partir de 2:25 : Imbécilité magistrale de la part de Hazan. Non seulement c'est totalement faux, mais en plus on a preuve flagrante du contraire: le Mahatma Gandhi.
Par Hassan Suliman Il y a 4 ans
Non mais c'est n'importe quoi.
Hazan ne devrait pas accepter de parler avec des gens d'un niveau intellectuel aussi bas. Naulleau qui ressort l'argument daté de 30 ans sur l'URSS...
Si ils avaient que ca à dire sur le livre...
Par Reggaevolution Il y a 5 ans
la vérité c'est comme la lumière, ca fait mal au yeux, mais ca éclaire
Par Goldz Vibe Il y a 5 ans
Voir plus de commentaires