Lyon : quand Gérard Collomb fait du Vincent Peillon

Découvrir le nouveau player
1 481 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
Gérard Collomb à l'occasion du conseil municipal de Lyon de lundi, a sorti un cadavre du placard. Celui du supposé passé du député UMP Philippe Meunier, n°2 de l'UMP sur les listes du Rhône pour les prochaines élections régionales.
Les faits sont les suivants : alors que Michel Havard évoque la visite du maire de Lyon chez Georges Frêche, Gérard Collomb attaque : «j’ai apporté pour madame Berra, une petite note puisque vous évoquez Georges Frêche, sur son second de liste. Je ne vais pas en parler lors du conseil municipal, mais simplement pour son information personnelle...»
Le document, une coupure de presse de Lyon libération, date de 1992. Cette dernière relate la garde à vue durant 24 heures de Philippe Meunier, âgé de 26 ans à l’époque des faits. Celui-ci avait été entendu comme témoin d'une affaire de distribution de tracts à connotation raciste à la faculté de Nancy.
Suspendu de ses fonctions au Parti Républicain (il en était le délégué de la 13e circonscription), il a été blanchi toutefois par la Justice, la diffusion des tracts incriminé a été jugée comme étant un acte de «militantisme de jeunesse». Philippe Meunier a donc vu son engagement personnel relativisé dans cette affaire.
La question est alors pourquoi sort-elle maintenant, alors qu'au sein du PS, Vincent Peillon, auteur d'un coup bas du même style a été très critiqué…

0 commentaire