Advertising Console

    Essai routier Peugeot 5008 2.0 HDI 150 ch

    Repost
    Actu Auto Video

    par Actu Auto Video

    135
    7 240 vues
    Dès 1994, Peugeot a adhéré au concept du monovolume, avec un 806 développé conjointement avec Fiat, tout comme le fut à son tour son remplaçant, le 807 lancé en 2002, soit en même temps que la 307 SW, un dérivé du break 307 proposé en guise d'alternative aux monovolumes compacts, concept que Peugeot refusait de développer.
    Mais depuis quelques temps, Peugeot a amorcé un élargissement de sa gamme, qui, hormis un premier SUV 3008, passe aujourd'hui passe par un monovolume de gabarit moins encombrant qui compte précisément pas mal de similitudes avec le 3008.
    Avec le 5008, le trait se fait plus classique, mais le style élancé concentré sur un peu plus de 4.50 m possède bel et bien les gènes Peugeot.
    Le coffre modulable peut recevoir jusqu'à plus de 2.500 litres de charge. Enorme !
    Autour du conducteur, la planche de bord propose une bonne disposition des différentes fonctions, parmi lesquelles l'affichage "tête haute" avec dispositif de contrôle de distance. Même si tout n'est pas encore parfait, l'ensemble fait étalage des progrès réalisés par la marque de Sochaux en termes de qualités. Côté équipement, les plus exigeants seront comblés, dont nos petites têtes blondes qui apprécieront sans doute de pouvoir se connecter à internet en Wifi via le réseau 3G+.
    Au volant, la position de conduite est bonne et tous les gabarits devraient pouvoir se sentir à l’aise. Une fois en mouvement, on apprécie les qualités du châssis, même si le niveau de confort n'est peut-être pas celui que l'on pouvait l'attendre d'une Peugeot. En revanche, les courbes se négocient avec une agilité déconcertante, proche de ce que propose un véhicule plus compact. Quant au Diesel 2 litres HDI 150 ch testé ici, on en a vite faite le tour. Disponible, souple et relativement discret, il convient parfaitement au gabarit de ce 5008. Seul petit bémol, ritournelle habituelle chez Peugeot, la commande de boîte, toujours pas des plus agréables.
    ...