Advertising Console

    Richard Vincent

    Reposter
    Centre Bellegarde

    par Centre Bellegarde

    14
    391 vues
    « Pour présenter mon travail il me semble indispensable d’évoquer ce qui le nourri.

    Au début, du moins je le crois, il y a tout le cinéma français des années 30. Celui de Julien Duvivier, de Marcel Carné et de Jean Gremillion. Cinéma en noir et blanc totalement pessimiste. Il y a aussi les décors de Trauner, le fameux immeuble où habite Gabin dans « Le jour se lève ». Tout cela dialogue avec « Le voyage au bout de la nuit » de Louis Ferdinand Céline.

    Ce pessimisme aboutissant à la poignée de main de Montoire, la France, cette fois, sans talent, s’enfonce dans la pire nuit de son histoire.

    Tout cela devient « visible » sous différentes formes. La représentation d’une chaise par exemple, renvoie de façon silencieuse à toute cette époque. »

    Richard Vincent