Advertising Console

    Islam, morale et connaissance.

    Reposter
    Abbé Guy Pagès

    par Abbé Guy Pagès

    322
    1 680 vues
    En islam, le péché n’est pas pensé comme rupture de la relation avec Dieu, mais comme infraction à un règlement, car il n’y a pas de relation personnelle possible avec Allah, et donc pas d’accès personnel à la Vérité.

    Un fondement au caractère absurde des prescriptions dites morales de l’islam vient du raisonnement qui pose que puisque Dieu est unique et seule source donc de ce qui est, alors le bien et le mal ont même origine, et donc n’ont pas de différence essentielle entre eux… Est bien ce que Allah dit être bien, et est mal ce qu’Allah dit être mal, mais ce pourrait être tout aussi bien l’inverse, le bien être mal et le mal être bien, si Allah le disait ainsi. Bien et mal, au fond, ne signifient rien. Il n’y a pas de bien ou de mal en soi. Ce ne sont que des mots. Le bien et le mal n’existent donc que dans la tête et par le leurre de celui qui, trompé, veut plaire à Allah…

    Il n’y a pas en islam de péché, de faute morale, mais seulement des fautes légales.