Roselyne Bachelot : bonjour-au revoir les syndicalistes

Découvrir le nouveau player
491 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
  • Playlists
Tout peut arriver sur le terrain, y compris à une Ministre bien escortée.

Alors que la Ministre de la Santé Roselyne Bachelot termine une longue visite du Centre Hospitalier Spécialisé (CHS) d'Ainay le Château, situé à moins d'une heure au Nord de Montluçon dans l'Allier, un patient du CHS émet des revendications : "Quand est-ce qu'on sera payé dans les CAT ?"
"Ah !", s'exclame la Ministre, pleine d'empathie, "Bonne question…"
Puis Roselyne Bachelot se ravise : "Mais on est payé dans les CAT !"

Le bougre a confondu CHS et CAT… mais il a semé, une seconde, le trouble dans l'esprit de la Ministre.

Une patiente a elle aussi une question. Qui pourrait concerner un pendentif que porte Roselyne Bachelot à son cou.
La Ministre lui répond et elle fait rire l'assistance, de bon coeur.

Le directeur du CHS du Pays de Tronçais, Jean-Claude Lardy, rappelle à la Ministre qu' "il est prévu que…".
Roselyne Bachelot et le Sénateur Gérard Dériot rassurent Jean-Claude Lardy, la Ministre va voir tout de suite les représentants des syndicats.

Après avoir salué ceux-ci, la Ministre résume : " Vous êtes avec Thomas…" (Thomas, son collaborateur, annoncé dans l'épisode 1).
"Vous allez me préciser les spécificités locales, même si je crois bien les connaître par votre Président du Conseil d'Administration Gérard Dériot (…) mais rien ne vaut, bien entendu, ce qui remonte du terrain…".

Mais c'est celui d'une famille qui accueille chez elle des patients du CHS sur lequel la Ministre a choisi de s'aventurer.

Elle dit donc au revoir aux représentants des syndicats.

Et claque une bise chaleureuse à Didier Noyer, qui a eu la charge de lui présenter le pavillon d'ergothérapie. Le cadre de santé est ému que la Ministre ait bien voulu visiter ce lieu stratégique dans la politique de santé du CHS d'Ainay le Château.

1 commentaire

cette video est un cauchemar: on ne comprend rien, c'est mal filmé, elle ne veut rien dire.
Je me demande si on a payé quelqu'un pour filmer (et le montage épileptique qui mérite un Oscar)
ce chaos inutile.
Par fournier adrien il y a 5 ans