Marc ROHNER, Artprems
14
240 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
Marie VDB, quelle est t’elle

Ça y est ! D’un saut violent, elle s’extirpe de l’inconscient brouillard. Vite ! Ne pas décrocher, suivre le tempo, rester dans son sillage, là, juste dans la clarté de son ombre. L’hypnotiser d’éclats d’écailles lumineuses, l’adoucir d’impalpables nuages féeriques ne lui fait pas détourner le regard, ni baisser les yeux. Ses mouvements sont amples et décalés, sensation d’inexacte précision. Son inaudible langage ne s’entend qu'à la vue et au touché. C’est l’instant où elle sent sa peur du noir, sa fragilité aux gris, son éblouissement du blanc. Stop ! « Voilà, tu es contente maintenant ? Tu peux être fière ! » dit l’image, éternelle imparfaite.

Lorsque que Marie VDB impose l'équité, les arrêtes sont tranchantes et le souffle cardiaque. Même si l’œuvre rompt le combat et s’en remet à sa créatrice, le temps n’est pas encore au repos et à la sérénité. La reconnaissance de l’un, dans l’autre, fait loi. La cohabitation impose déjà ses règles de dépendance et de respect mutuel. Au plus tôt, elle sera orpheline, c’est dans sa nature. L’image, son image, va s’émanciper et prendre racine dans un esprit qui deviendra sien. Loin du cœur qui l’a enfanté, elle continuera sa course.

0 commentaire