Advertising Console

    Amorce des effondrements des Twin-Towers

    Repost
    Darimon

    par Darimon

    133
    1 517 vues
    Source : http://www.youtube.com/watch?v=U4ZPpMCdM4Q

    Pour soutenir la théorie de la « démolition contrôlée » des Tours Jumelles, les théoriciens de la conspiration attaquent le rapport officiel du NIST (http://wtc.nist.gov/NCSTAR1 ) en insistant sur le fait qu'un incendie de bâtiment ne fait pas fondre l'acier. Cet argument ne tient pas la route, car le NIST n'a jamais soutenu que l'acier avait fondu.

    En réalité, le NIST affirme que la montée de la température provoquée par les incendies était suffisante pour affaiblir la structure métallique des tours. Pour comprendre le mécanisme de l'amorce de l'effondrement de ces tours, il est important de connaître leur structure. La plupart des gratte-ciel ont un coeur constitué de béton et/ou des colonnes périphériques renforcées avec du béton. Mais les Tours Jumelles étaient à structure métallique.

    Dans le cas des WTC, les colonnes et poutres en acier étaient revêtues d'une couche de protection ignifuge, qui a été en partie souffler un moment des impacts des avions. Dans la Tour Nord, 15 % des colonnes périphériques et 13 % des colonnes du coeur ont été sérieusement endommagés. Dans le cas de la Tour Sud, c'était 14 et 21 %.

    Contrairement aux autres incendies de bâtiments, les crashs ont projetés des débris traversant de nombreuses cloisons, laissant ainsi le carburant se répandre dans les parties les plus vulnérables des tours. La cartographie des températures du 82e étage de la tour sud (voir à 01:23) peu avant sa chute montre que les flammes étaient concentrées dans le coin Nord-Ouest.

    Bien que l'acier ne fonde qu'à partir de 1550°C, il perd 50% de sa résistance dès 600°C. Dans les tours jumelles, les incendies ont fait monter la température au pire jusqu'à 980°C. Au fur et à mesure que les poutres des planchers s'affaissaient sous l'effet de la chaleur, elles exerçaient une traction à chaque extrémité sur les colonnes du coeur et sur celles de la périphérie. Du fait que les colonnes périphériques supportaient 40 % du poids du bâtiment et qu'elles étaient affaiblies par l'incendie, l'affaissement des poutres provoqua le flambage (ou flambement) des colonnes vers l'intérieur (voir à 02:05, 02:12 et 03:02 les photos prises peu avant les effondrement des Tour Sud et Nord). Le flambage s'est accentué jusqu'à atteinte du point de rupture des colonnes périphériques.

    Les incendies les plus intenses se sont produits là où les débris ont été projetés. C'est pour ça que le haut de la Tour Sud s'est incliné vers l'Est, et celui de la Tour Nord légèrement vers le Sud. La Tour Nord avait 2 fois moins d'étages à supporter au-dessus du point d'impact que la Tour Sud. C'est une des raisons pour lesquelles elle a tenu plus longtemps. Mais son effondrement était inévitable. A 10h21, un officier de l'unité aérienne du Fire Departement of New-York (FDNY) rapporta que le haut de la Tour Nord était en train de bouger au coin Sud-Ouest et tendait à s'incliner vers le Sud.

    http://perlesdu911.blog4ever.com