Advertising Console

    La centralité du travail - Christophe Dejours

    Repost
    La Bande Passante

    par La Bande Passante

    89
    3 301 vues
    La centralité du travail
    Un film de Thomas Lacoste
    Avec Christophe Dejours
    (10’22, DVD, LBP, 2007, 12€, incluant Penser le travail 45’28)

    Soutenez et achetez le DVD 12 € (frais de port inclus) par paiement en ligne sur le site http://www.labandepassante.org/index_lbp.php ou par chèque à l’ordre de L’Autre association, 3, rue des Petites Ecuries, F-75010 Paris.

    Nous sommes à la recherche de lieux de diffusions. Nous vous invitons également à faire connaître, circuler et projeter le film Les Mauvais jours finiront. Ce film peut être repris sur les sites, blog, etc. Nous vous demandons cependant une seule mention obligatoire :

    "Pour soutenir cette initiative et les futurs films, vous pouvez acheter le DVD 12€ (frais de port inclus) par paiement en ligne sur le site http://www.labandepassante.org/index_lbp.php ou par chèque à l’ordre de L’Autre association, 3 rue des Petites Ecuries, F-75010 Paris. Merci de nous informer de toutes initiatives afin que nous relayons l'information sur nos différents sites."

    Lire les critiques
    http://www.lautrecampagne.org/medias.php

    - Regard de campagne
    - Le travail dans la campagne
    - L’idée

    « Le travail est un grand apprentissage des règles de la démocratie. Il faut s’atteler à étudier à nouveau, et à combattre les nouvelles formes d’organisation du travail qui de plus en plus instrumentalisent autrui dans un seul but : l’efficacité et le profit. »
    Christophe Dejours est psychiatre et psychanalyste, professeur au Conservatoire des Arts et métiers (CNAM) et directeur du Laboratoire de psychologie du travail et de l’action. Il est notamment l’auteur de "Souffrance en France. La banalisation de l’injustice sociale" (Seuil, 2006), "Le Facteur humain" (PUF, 4e éd. 2005) et "Le corps, d’abord" (Payot, 2003). Il a également présidé la commission « Violence, travail, emploi et santé » qui a participé à l’élaboration du rapport « Violence et santé » rendu au gouvernement en octobre 2005.