Jean-Pierre GUAY, fin graveur

Marc ROHNER, Artprems

par Marc ROHNER, Artprems

26
936 vues
Jean-Pierre GUAY, fin graveur

Il a la légèreté de ceux à qui l'on dessine un mouton. Du reflet photographique, il a gardé les valeurs en miroir. C'est un handicap imperceptible et un avantage précieux qui déterminent la méthode et identifient les disciplines.
Lorsque ses estampes vagabondent, même s'il fait mine d'être perdu, il suit une boussole qui n'indique que la bonne direction. Il y a longtemps que Jean-Pierre GUAY a durcit ses points de contact avec la matière. Chemin creusant, il s'est éloigné de la surface et depuis, fait étape pour arriver au blanc. Depuis, chaque trait, chaque mouvement marquent profondément ces papiers et métaux qu'il a, comme le Petit Prince, patiemment apprivoisés. Sa technique est un sixième sens. Elle parle d'égale à égale avec ses sentiments et envies. Pas étonnant, qu'il fasse bouillonner l'esprit de création au néophyte. Il sait inventer l'attrait, attiser la curiosité, offrir son savoir faire à qui est sincère. Jean-Pierre GUAY est un métal ciselé de tendresse.