Advertising Console

    Raus ! - Le Syndrôme de Hoyerswerda

    Reposter
    Agence_Im-media

    par Agence_Im-media

    9
    1 521 vues
    Le Syndrome de Hoyerswerda
    Hoyerswerda, ville minière proche de la frontière entre l’Allemagne et la Pologne. Du 17 au 22 septembre 1991, des centaines de jeunes allemands font le siège de bâtiments où ont été relogé des réfugiés et des travailleurs étrangers «invités» par l’ex-RDA. Ces derniers sont attaqués à coups de pierre et de bouteilles incendiaires, sous les applaudissements de la foule hurlant : «l’Allemagne aux Allemands!», «Etrangers dehors!". La police se montre impuissante face aux assauts répétés des skins et des néo-nazis. Les étrangers sont alors obligés de quitter la ville sous les huées.
    Depuis, Hoyerswerda est devenu un symbole du renouveau raciste dans l’Allemagne réunifiée.
    Par ailleurs, au lieu d’aider les travailleurs étrangers (Mozambique, Angola, Vietnam, Cuba),l’Etat résilie leur ancien contrat, les poussant au retour forcé ou à la clandestinité.

    Cependant, les violences se développent aussi à l’Ouest, entraînant la mort de familles turques à Möln ou à Sölingen. La peur s’installe dans les communautés immigrées, mais aussi parmi d’autres groupes sociaux. A Berlin, différents groupes noirs organisent les premières manifestations du genre en Allemagne pour exprimer leur émotion et leur colère. Les «mères contre le racisme et la violence» regroupent des familles de toutes nationalités. Une entraide concrète se met en place.

    Dans le film Le Syndrome de Hoyerswerda (51 mn – 1996), ces événements sont vus à travers le regard de Jona Iipeng, un jeune apprenti namibien lui-même grièvement blessé en novembre 1990 dans son foyer de Wittenberg par une bande de jeunes allemands. Soutenu par le Forum politique des immigrés (IPF), il cherche à comprendre, s’intéresse aux activités des antifascistes, livre un avis critique sur l’antiracisme des bonnes consciences et des médias…

    Le Syndrome de Hoyerswerda (51 mn) réalisé par Joy Banerjee, Mogniss H. Abdallah et Yonas Endrias, avec l’équipe d’IM’média ( Belkacem Lahbaïri, Claude Cardot, Marianne Bureau…) Prod : agence IM’média - 1996.