Advertising Console

    FRANCE, des policiers au-dessus des lois ? Rapport accablant

    Repost
    Alizoh8

    par Alizoh8

    400
    2 352 vues
    La Police peut-elle régler tous les problèmes d'insécurité ?
    Une société qui va mal...qui exprime son malaise... Est-ce vraiment à la police de régler les problèmes de gestion du pays...
    Beau sujet le thème de l'insécurité dans une campagne, mais encore faut-il se montrer à la hauteur, et proposer de vrai solution, au lieu d'envoyer des forces impuissantes.
    Cercles vicieux.
    Alizoh8


    Amnesty International dénonce dans un rapport publié le 02.04.09 "l'impunité" dont bénéficie selon elle en France des membres des forces de l'ordre accusés de graves violations des droits de l'Homme et demande aux autorités françaises de mettre en place un "organe d'enquête indépendant".

    En France, les plaintes pour homicides illégaux, passages à tabac, injures racistes et usage abusif de la force par des agents de la force publique "ne sont pas souvent suivies d'enquêtes effectives" et "les responsables de ces actes sont rarement traduits en justice", selon le rapport intitulé "France - des policiers au-dessus des lois ?".

    David Diaz, directeur adjoint du programme Europe d'Amnesty, dénonce "un système qui favorise l'impunité et nuit à la réputation de la majorité des représentants de l'ordre qui respectent la légalité". "Aucun policier n'est au-dessus des lois", rétorque de son côté le ministère de l'Intérieur.

    En 2006 au moins 639 "allégations de faits de violence" ont visé des policiers, aboutissant à 114 sanctions disciplinaires pour "violences avérées" et 8 radiations.

    Selon M. Diaz, "la France ne respecte pas ses obligations internationales en matière de respect du droit à la vie et de lutte contre la torture et les mauvais traitements".

    Amnesty souligne également que les procédures pénales sont "très lentes", souvent marquées par des "pertes ou disparitions de dossiers ou d'éléments de preuve".

    Amnesty s'inquiète également de la "dimension raciste" de certaines de ces affaires.