Advertising Console

    Francois Xavier Verschave

    Reposter
    freship

    par freship

    1,7K
    10 602 vues
    LE QUOTIDIEN 02.07.05
    DECES DE FRANÇOIS - Xavier Vershave : Le dernier baroud ...

    Son côté procureur bouffeur de dictateurs agaçait plus d'un en Afrique et en France. Jusqu'à son dernier souffle, François-Xavier Vershave aura ferraillé contre la «Francafrique», concept popularisé par un de ses plus éminents représentants, l'ancien président Felix Houphouet Boigny et qui désigne la mafia politico-affairiste qui saigne à blanc, c'est le cas de le dire, le continent depuis plus de 40 ans. C'est après l'effroyable génocide rwandais, cette Shoa africaine, que Vershave, glacé d'horreur, décide de s'impliquer davantage pour dénoncer l'étrange politique africaine de la France. A la tête de son association «Survie», cet économiste de formation, qui jusque-là ne connaissait presque rien du continent, se passionne pour l'Afrique. Il ne rate pas une occasion de tirer à vue sur les satrapes au pouvoir, qu'on croirait échappés d'un roman d'Ahmadou Kourouma. Ainsi, après un premier ouvrage intitulé, cela ne s'invente pas, «la Françafrique», Verschave publie «Noir silence», une violente charge où il épingle durement le président Idriss Déby et ses homologues gabonais Oumar Bongo et congolais Denis Sassou Nguessou. Piqués au vif, les trois présidents africains, ne craignant pas le ridicule, offrent une tribune inespérée à Vershave en lui intentant un procès qui restera dans les annales. En, effet, pas le moins du monde impressionné par le courroux de ces "majestés", le Lyonnais, avec un travail de bénédictin, va produire une avalanche de documents qui ne révèlent pas Bongo, Sassou Ngessou et Déby sous un jour reluisant. Mieux, à la lumière de ce procès, Vershave commet un autre ouvrage qui, suprême pied de nez, s'intitule tout logiquement «Noir Procès.»

    Du général de Gaule à Chirac, les présidents français se sont illustrés par leur soutien sans faille à de véritables prédateurs, galonnés ou en costume civil, indéfiniment réélus à coups d'élections truquées. Ironie de l'histoire, François-Xavier Vershave, négrophile assumé, disparaît au moment même où se multiplient des ouvrages aux relents parfois négationnistes accusant l'Afrique d'être l'artisan de son propre malheur à force de s'enfermer dans un «autisme identitaire» (sic). Ainsi, pour répondre au pamphlet de Stephen Smith, «Négrologie», Vershave ,en collaboration notamment avec Boubacar Boris Diop, vient d'éditer «Négrophobie», réplique au libelle de l'ancien journaliste du Monde. Repose en paix, bonhomme. Le combat continue!

    Barka BA

    Explication sur la "Françafrique" :
    http://www.dailymotion.com/freship/video/xb7r4_fx-verschave-la-francafrique