Villa Médicis - Solitude

trichamiky
79
178 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
SOLITUDE (lyrics)

Je l'ai vu trainer jusque dans les champs de blè,
quand le paysan sait bien qu'il ne pleuvra pas demain,
j'ai vu qu'il priait, j'ai bien vu qu'il ètait seul,
juste elle et lui et ne rien dire, retenir mème un soupir.
Je l'ai vu trainer jusque dans le coeur des villes,
quand on est bien trop nombreux et dans cette sociétè "si vil",
on a parfois envie d'elle, mais quand on la sent venir,
on s'enferme dans un cafè, pour trouver quelqu'un à qui parler

C'est un ètat d'ame, bien humain, bien humain;
ècrase tes sanglots, je resterai s'il le faut.

Je l'ai vu trainer en cachette et s'insinuer au plus profond,
de ton étre à toi qui n'auras bientot pas plus de seize ans,
comment fais-tu pour l'admettre, c'est peut étre à cause de tes parents,
quand on unit deux lassitudes, on a le droit d'en faire un enfant,
on a le droit de le faire grandir, mème si ça vous fait vieillir
et on a le droit de le faire pleurer et de ne pas le consoler,

parents, n'abandonnez pas vos enfants seuls dans les rues,
a coup sur ils la rencontreront et avec elle ils s'en iront.

C'est un ètat d'ame, bien humain, bien humain;
ècrase tes sanglots, je resterai s'il le faut

Pourquoi la craint on si fort, moi je sais bien qu'elle fait peur,
quand elle est la on sent bien que la fin n'est plus très loin,
son nom, c'est la solitude, mais ça sonne comme un prènom,
le prènom d'un amour perdu et qui ne reviendra plus.

C'est un ètat d'ame, bien humain, bien humain;
ècrase tes sanglots, je resterai s'il le faut

0 commentaire