Advertising Console

    Malicorne_La fiancée du timbalier

    Reposter
    _Truth2_

    par _Truth2_

    6
    3 652 vues

    39 commentaires

    batt, alia
    Bien dis truth2.

    dites moi, savez vous que le chanteur, ici, est juif ?

    On aurai pu choisir mieux comme référence !
    Par batt, aliaIl y a 6 ans
    _Truth2_
    Comme c'est ta dernière intervention je ne vais pas répondre à tes post. Juste à ce passage qui me paraît représentatif de la pertinence de ton discours:

    "L'histoire, enfin, n'est absolument pas un instrument du fait politique. Elle ne peut aucunement servir à valider ou étayer aucune position politique, quelle qu'elle soit. Elle est une science, qui à pour but la compréhension de l'homme en société."

    > Ben voyons !!!!!!!
    Arrête la drogue deux minutes et viens dans le monde réel voir ce qui s'y passe. L'histoire est constamment manipulée par le politique. Et si nous n'en sommes pas encore à la création d'un "Ministère de la Vérité" (Orwell, 1984), ce dernier ne saurait tarder au train où vont les choses.

    Mais comme c'est TON école de pensée (politique) qui réécrit l'histoire car au pouvoir, cela ne te gêne pas, voilà tout.
    Par _Truth2_Il y a 6 ans
    Thomas Pérez
    Se baser sur ses idéologies politiques pour interpréter les événements du passé c'est donc s'exposer résolument à l'anachronisme, qui ôte toute valeur à une démarche historienne, et auquel tu te livre sauvagement depuis le début de cette discussion.
    Car, que tu le veuille ou non, l'histoire est une science, qui ne peut prétendre à ce statut que grâce à la rigueur critique dont font preuve les historiens dans leur travail, et qui est en revanche totalement absente de ta démarche.
    L'histoire, enfin, n'est absolument pas un instrument du fait politique. Elle ne peut aucunement servir à valider ou étayer aucune position politique, quelle qu'elle soit. Elle est une science, qui à pour but la compréhension de l'homme en société.
    J'espère sincèrement que tu finiras par le comprendre, et à t'intéresser vraiment à cette discipline, qui pourrait t'offrir une ouverture d'esprit que tu ne sembles pas avoir, pour l'instant.
    Par Thomas PérezIl y a 6 ans
    Thomas Pérez
    Il est vrai, comme tu le fais si brillamment remarquer, que ces historiens n'étaient pas présents lors des événements qui nous occupent, mais il me semble, dans un fulgurant éclair de perspicacité, que toi non plus, et qu'eux ont l'avantage sur toi d'avoir consulté les archives de l'époque. Car, contrairement à ce que tu sembles penser, l'histoire ne s'écrit pas sur du vent, mais sur des preuves concrètes.
    Ton dernier message est à nouveau très révélateur de ta démarche : tu ne peux concevoir l'écriture de l'histoire sans, en arrière-plan, une idéologie politique. En réalité, sache que toute idéologie politique est pour l'historien (dans le cadre de l'exercice de sa fonction d'historien) une donnée parasitaire, à laquelle il doit grandement se méfier. Les idéologies politiques présentes, en effet, sont basées sur des valeurs qui n'ont, au mieux, qu'une réalité très limitée, et bien souvent inexistante, à l'époque.
    Par Thomas PérezIl y a 6 ans
    Thomas Pérez
    Cette discussion commence légèrement à me peser. C'est pourquoi je n'y ai pas écrit depuis un certain temps, et c'est pourquoi ceci est ma dernière intervention.
    Il est en effet particulièrement usant de te voir en permanence accuser tes interlocuteurs des travers que tu commets toi-même. Tu m'accuses de ne pas prouver mes dires ; or, si l'on relit les différents commentaires de cette discussion, on voit très bien que je me suis toujours efforcé de fournir des preuves pour étayer mes arguments, ce qui est très loin d'être ton cas. Tu accuses les historiens auxquels je fais référence de se baser sur la propagande du XIXe siècle pour discréditer Jeanne d'Arc, alors que, d'une part, c'est précisément toi qui te base sur cette propagande, et en particulier sur la construction des "mythes patriotiques" qui la caractérisent, et que, d'autre part et comme je l'ai déjà dit, discréditer J. d'Arc n'a d'intérêt ni pour ces chercheurs ni pour moi.
    Par Thomas PérezIl y a 6 ans
    Voir plus de commentaires