Advertising Console

    Interview Anna Maria Leca, porta voce Associu Sulidarità

    Reposter
    antofpcl

    par antofpcl

    200
    948 vues
    Le 11 avril 2009 : (12:25 Unità Naziunale, www.unita-naziunale.org - Corse - Lutte de Masse) Nous sommes aujourd’hui symboliquement réunis devant la prison de Borgu pour dénoncer le sort réservé aux prisonniers politiques corses.
    Malgré les effets d’annonces du gouvernement français, malgré une opinion publique plus que favorable au retour des prisonniers sur la terre de Corse, il reste plus de 50 prisonniers politiques incarcérés dans les prisons françaises. En cette période de crise économique, c’est bien les familles de nos prisonniers que l’on condamne, les femmes, les enfants, les parents. Il y a une volonté de ruiner ces familles qui n’en peuvent plus.
    L’Etat français aide massivement les banques, vient se lamenter devant leurs murs roussis, mais condamne nos familles…
    L’Etat français manipule l’opinion publique, en créant artificiellement les conditions du non retour des longues peines.
    Jusqu’à présent, nous avons pu noter quelques retours – très médiatisés – de prisonniers à Borgu : il s’agissait systématiquement de rapprocher des personnes en fin de peine, pour la très grande majorité, alors que si c’étaient des détenus de droit commun, ils seraient en liberté conditionnelle.

    INTERVIEW D'Anna Maria Leca, porte parole de l'Associu Sulidarità

    Voir la suite ici : http://www.unita-naziunale.org/portail/