SM rechter d'Erik Lamens

43 191 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
Afin de sauver leur couple, Koen et Magda décident d’explorer leur sexualité et découvrent le monde très fermé du sado-masochisme. Juge respecté par ses collègues, Koen est pourtant arrêté et accusé de tortures et de coups et blessures envers sa femme suite à la découverte, par les autorités, de vidéos SM particulièrement brutales. Malgré les protestations de Magda, consentante, Koen est livré en pâture à la justice…
Premier long d’Erik Lamens, SM-Rechter vient de rencontrer un succès historique en Flandre et sort ,ces jours-ci, dans les salles bruxelloises. Entretien avec son réalisateur…

Cinergie : Le film est adapté d’un fait divers qui a fait beaucoup de bruit dans les années 90. Qu’est-ce qui vous a poussé à adapter cette histoire à l’écran ?
Erik Lamens : Les faits se sont déroulés à Malines en 1998, et la presse de l’époque en a beaucoup parlé. Comme tout le monde, j’ai suivi cette histoire qui m’a mis… en colère ! Depuis cinq ans, j’espérais en tirer un film, et puis je me suis rendu compte que ma colère ne suffisait pas. Le juge, héros du film, a publié un livre grâce auquel j’ai découvert énormément de choses que le public ignorait. Par exemple, le fait que c’est une crise conjugale et la dépression de son épouse qui ont déclenché leur entrée dans le monde du sado-masochisme. Dans un sens, ils ont trouvé une solution à cette dépression, mais ce qui m’a révolté, c’est que l’Etat se mêle de leur vie privée et tente de briser tout ce qu’ils avaient mis des années à réparer.

http://www.cinergie.be/entrevue.php?action=display&id=733

5 commentaires

moralité...
un juge a le droit de pratiquer du SM violent la nuit, et de vous "juger" le lendemain!
Bah oui, on a bien une royauté qui baigne dans plusieurs dossiers de moeurs du même genre.
Allons-y gaiement, comme la commissaire de police qui partouze et qui a un sexshop à la côte!
un vrai pays de dégénérés oui!
Par datalaze77 il y a 4 ans
MERCI Erik Lamens MERCI Votre film est très beau et très réussi ! Votre honnêteté de cinéaste, comme votre talent est un modèle dans le monde d'aujourd'hui; BRAVO

C'est bien le respect de soi, de la connaissance de soi, de l'engagement à vivre ce que l'on souhaite vivre au plus profond de nous même qui est au cœur du film et en cela oui, ce film est indispensable à qui s'intéresse aux relations SM, D/s et leur place dans notre société…

J'affirme même que ce film concerne quiconque s'intéresse à la place de N/nos libertés dans notre société...
Par ErosPower aka Sensei il y a 4 ans
3/3
La négation de l'autre est un des aspects du film le plus évident, négation des adultes, des jeunes, comme du public par une justice aveugle et craintive… Et ce n'est pas le moindre paradoxe, parfaitement souligné et réalisé par Lamens, de montrer que dans le milieu SM et D/s, avec la prudence nécessaire (qui en l'occurence fait défaut ici dans un moment crucial) le respect, l'échange est une valeur fondamentale qui ne supporte aucune approximation. Comme dans le cas d'une foule d'autres activités comme guide en montagne, moniteur de quad ou d'équitation qui saura ne pas vous mettre débutant sur un pur sang par négligence ou par bétise… La prudence est mère de sureté…. L'aviation, le nautisme, la cueillette des champignons ne supportent pas non plus la moindre approximation…..Bla bla bla bla….
Par ErosPower aka Sensei il y a 4 ans
2/3

Bref, toutes ces choses, lois, manœuvres, propos, décisions, qui nient à l'humain sa condition d'être pensant, volontaire, intelligent, autonome et responsable… N'être qu'un pion, un numéro dans cette société qui se moque, dans le monde du travail par exemple, de l'humain comme de la source des matières premières, en organisant le travail atomisé uniquement par la fonction, interchangeable par nature, l'homme n'est plus un homme, mais une fonction, s'il se suicide, sa fonction lui survivra et lui sera oublié, nié… Dans le monde de l'hopital (usines à maladies nosocomiales) l'humain n'est pas mieux considéré par les managers et autres grands professeurs.….Les exemples sont si nombreux que la reflexion en devient vertigineuse, et les vertiges pourtant cela N/nous connait… Aaahhh la société de surveillance… Mais qui surveille les surveillants ? Et qui édicte la norme sociale, et qui résiste et au nom de quoi ?
Par ErosPower aka Sensei il y a 4 ans
1/3

Le film porte de manière plutôt fine l'enjeu de la morale sociale et de la justice, de la norme sociale et de la place de la sexualité dans la société… Ah, ben, y a pas à dire… Y a du boulot…. On y trouve cette terrifiante affirmation : "les parents n'ont pas de sexualité" (au yeux des enfants)… On y trouve aussi la négation de l'autre par le système judiciaire qui, une fois les rôles définis des prévenus, n'écoute rien d'autres que ce qui sert ces à priori et l'on pense à l'Affaire Outreau en France, au délabrement criminel du système pénitentiaire français, au fichage effrayant (STIC) en cours de réalisation aujourd'hui…
Par ErosPower aka Sensei il y a 4 ans