Advertising Console

    The Art Pack - Gui Boratto_No Comment

    Repost
    FatCat Films

    par FatCat Films

    167
    1 380 vues
    Rewind.
    Après un diplôme d’architecte (s’il vous plaît monsieur), le petit Gui se met à bosser dans la pub en tant que compo avec son grand frère Tchorta, fan absolu de Depech Mode et de toute la scène house from Detroit. Nous sommes en 1993, Gui s’en prend plein les oreilles. Puis, un peu saoulé de composer des notes de synthé pour des commerciaux frustrés, il monte l’année suivante, un groupe de pop, Sect, toujours avec fréro. Ca sent un peu les trous au jean 501 taille haute et le blazer blanc avec épaulettes. Mais ça marche. Un peu, sans plus. Les deux frangins signent ensuite un contrat avec la maison de disques brésilienne Paradoxx, mais ils restent dans la prod. Et ils ont du flair : ça cartonne tellement qu’ils montent leur propre label: MegaMusic, et produisent Você Me Apareceu de Kaleidoscopo, qui plafonne un petit bout de temps dans les charts du monde entier. Pas mal pour un architecte.
    -
    2005-2009.
    2005. C’est le tournant pour Boratto & co. Il participe (seul cette fois) à une compilation de remix de la B.O. de la Cité de Dieu. Certains commencent à se dire « ah ouais… Ca tape pas mal ce qu’il met le mec qui a une gueule de patron de fitness club… » mais en brésilien évidemment. Puis en Allemand : Gui propose Arquipelago au label berlinois Kompakt. Forcément les mecs se jettent dessus. On comprend facilement pourquoi.
    Puis Chromophobia. Si on aime pas, c’est qu’on a pas vraiment bien écouté. C’est sur.
    -
    Electronic Lover.
    Bref. Gui Boratto revient avec Take My Breath Away, un album plutôt pop, bien lent, qui tabasse sévère. Et un maxi. Atomic Soda. Jeune dj, cours ! Et puisque tu n’es pas encore au courant, achète Tsugi aussi.

    Release party au Rex Club le 1er février dernier, avec Tsugi donc, une fois de plus. Et cette fois sans interview. Parce que quand on ne parle pas, c’est bien aussi.

    //

    Réalisation

    - Pierre Zandrowicz
    - Victor Lech

    Remerciements

    - Panasonic P2 / Mighty Cat
    - Virginie from Modulor