Advertising Console

    1090 NOS PARRAINS FONT LEUR CINEMA

    Reposter
    latelelibre

    par latelelibre

    1K
    951 vues
    PARLEZ-MOI DE LA PLUIE (PARTIE 1): L'HUMILIATION ORDINAIRE

    Un film écrit par Agnès Jaoui et Jean-Pierre Bacri
    Réalisé par Agnès Jaoui.
    Avec Agnès et Jean-Pierre (parrains de LaTéléLibre), et Jamel Debbouze.

    J’aime les films d'Agnès et Jean-Pierre parce qu'ils parlent de la vie, avec exigence et générosité.
    Les personnages ne sont jamais complètement bons, ni complètement mauvais, un peu comme nous. A la fin de leurs films, le spectateur n'est pas dans une impasse, les auteurs lui font toujours cadeau de portes de sortie. Des films à rire et à penser, utiles en somme.

    Parlez-moi de la vie

    Dans "Parlez-moi de la pluie", leur dernier film qui sort cette semaine, une idée parcourt le film : chacun se sent victime de son histoire, de ses « humiliations ordinaires ». Les petites souffrances de tous les jours, qui nous éloignent des autres, et qui nous isolent. C'est d'ailleurs un thème que l'on retrouve dans toute l'oeuvre de Jaoui et Bacri: la soumission dans la famille, dans le couple, avec les copains ou au travail.
    Agnès Jaoui, qui incarne une femme politique, féministe, plutôt autoritaire, se sent elle humiliée parce que c'est grâce à la parité qu'elle est parachutée comme candidate dans sa région de naissance.
    Bacri, lui est un réalisateur raté, un mari divorcé et un père frustré de ne pas avoir obtenu la garde de son fils.
    Jamel, fils d'une femme de ménage algérienne est réceptionniste dans un petit hôtel. C'est lui qui évoque directement cette "humiliation ordinaire", vécue en France par les immigrés et leurs enfants.

    Les auteurs se placent résolument du côté des pauvres, ceux qui ont eu moins de chance dans la vie, mais ils abordent le sujet avec complexité: si nous sommes tous des humiliés, l'excès de confiance ou la parano peut transformer chaque victime en bourreau... Une leçon d'humanité.

    John Paul Lepers
    Images : Henry Marquis, Matthieu Martin
    Son : Matthieu Daude
    Montage: Anthony Santoro

    Tournage le lundi 8 septembre 2008
    Hôtel Hyatt, rue de la Paix