DV8 Physical theater

MickeyKuyo
443
11 546 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
  • Playlists
En 1986, déçu par un monde de la danse replié sur lui-même, Lloyd Newson fonde le collectif anglais DV8, "dévier" en français.

Avec the « The Cost Of Living », « le prix de la vie », à mi-chemin entre la chronique sociale à la Ken Loach et la danse contemporaine, DV8 invente le film chorégraphié.

« The Cost of Living » est l’histoire de quelqu’un qui ne convient pas. Nous avons un performeur qui n’a pas de jambes : comment s’identifie-t-il aux gens qui ont des corps valides ? Comment trouve-t-il sa place dans le décor? C’est l’histoire de personnes qui ne sont pas invitées à la fête, qui ne collent pas avec la jolie petite image qui définit ce qui est joli et normal."

Avec treize pièces et trois films à son actif, DV8 rentre dans le lard de l’académisme, prônant une danse activiste et anti-glamour. Radical jusqu'au bout, l’Australien Lloyd Newson refuse même que ses créations soient filmées par les télés. Il vit d'ailleurs son interview comme une punition. "Il n’existe pas de photos de moi et je ne me montre pas tel que je suis parce que je suis un observateur. Quand les gens savent qui je suis, je cesse d’être un observateur et je deviens un observé."

Pour « To Be Straight With You », DV8 a conduit des centaines d’entretiens avec des homosexuels du monde entier, dont certains encourent la peine de mort dans leur pays. Lloyd Newson explique que "La plupart des gens que nous avons interviewés ne peuvent pas sortir dans la rue et tenir la main de leur partenaire. Un acte aussi simple. Pouvez-vous imaginer qu’on dise à deux personnes, un homme et une femme de n’importe quelle race ou religion : « vous ne pouvez pas vous tenir la main, parce qu’on pourrait vous frapper, vous tuer ou vous insulter. » ?

0 commentaire