Advertising Console

    1052 FEMMES MILITANTES DU MONDE ARABE (2/8)

    Repost
    latelelibre

    par latelelibre

    1K
    797 vues
    Des femmes témoignent. Elles vivent et militent en Syrie, en Jordanie, en Egypte, au Yémen, en Tunisie, au Maroc ou dans d'autres pays encore et elles font le point, avec Caroline Libbrecht, sur l'état des droits-des-femmes dans leurs pays respectifs.
    Conversation 2 : Nawal Yaziji - Ligue des femmes syriennes - Syrie

    Alors que les pays arabes forment une région riche de par son potentiel et ses ressources, ils se placent parmi les pays les moins avancés pour ce qui a trait à l’égalité entre les femmes et les hommes.

    En juin 2006, des représentants et représentantes d'organisations non gouvernementales des droits des femmes et de droits humains ont lancé une campagne régionale pour « l’égalité sans réserve » dans tous les pays arabes. L'objectif : amener les Etats à lever toutes les réserves qu’ils ont émises lors de leur ratification de la Convention des Nations unies sur l’élimination de toutes les formes de discriminations à l’égard des femmes (CEDAW) et à ratifier son Protocole facultatif. Ici, témoignages des défenseures de la région sur leur combat pour l'égalité.
    Nawal Yaziji - Ligue des femmes syriennes - Syrie

    Nawal Yaziji est présidente de la Ligue des femmes syriennes, fondée en 1949 à Damas. Depuis de nombreuses années, elle s'engage dans la lutte contre la discrimination et la violence à l'égard des femmes en Syrie. Nawal milite avec ses collègues pour la réforme du code du statut personnel qui dénie aux femmes le statut légal d'adultes en matière de mariage, de tutelle des enfants et de divorce et qui les rend donc totalement dépendantes vis-à-vis de leur père ou de leur mari.

    Malgré la lenteur des réformes, Nawal reste optimiste. Elle considère que le simple fait d'avoir obligé les acteurs politiques et religieux à ne plus ignorer les questions relatives aux droits des femmes mais à en parler et en débattre constitue déjà un grand progrès. De son point de vue, la réforme ne peut passer que par une sensibilisation de la population aux droits des femmes.

    Caroline Libbrecht