Advertising Console

    Le régime sioniste continue de violer le cessez-le-feu

    Repost
    dip sique

    par dip sique

    58
    394 vues
    http://french.irib.ir/index.php?option=com_content&task=view&id=18760
    Ecrit par L'IRIB
    Mardi - 24 Fervrier 2009
    IRIB- Le régime sioniste continue de violer le cessez-le-feu. Les chasseurs bombardiers du régime sioniste ont visé, lundi 23, par trois missiles, une zone résidentielle à l'Est du camp d'Al-Ghazai, au centre de la bande de Gaza. Après l'annonce du cessez-le feu unilatéral à Gaza, cette région est, toujours, la cible des attaques du régime sioniste. Le régime sioniste et le Hamas étaient sur le point de signer, sous la médiation égyptienne, un accord de cessez-le-feu pour une période d'un an, mais, cet accord n'a pas été signé, car le Premier ministre de transition du régime sioniste, Ehud Olmert l'a conditionné à la libération du soldat captif israélien, Gilat Shalit. Les dirigeants du Hamas ont rejeté cette condition posée par le régime sioniste. Ils avaient lié, tout accord de cessez-le-feu à la levée du blocus de la bande de Gaza, à l'ouverture des points de passage, et à la cessation des attaques contre Gaza. L'Egypte aussi qui voulait jouer le rôle de médiateur, a protesté contre la décision du Premier ministre israélien de subordonner l'accord de cessez-le-feu à la libération de Shalit. Ceci dit, Ehud Olmert passe ses derniers jours de la vie politique en qualité de Premier ministre et le parti Kadima a refusé de rejoindre le gouvernement dirigé par Benjamin Netanyahu et il a annoncé vouloir embrasser l'opposition. Suite à la publication des résultats des élections et la désignation de Netanyahu, chef du Likoud pour former le gouvernent, Ehud Olmert a préféré lui laissé libre cours pour s'occuper de la crise de Gaza. La population de Gaza a résisté, vaillamment, lors l'agression d'envergure de 22 jours de l'armée du régime sioniste. C'est ainsi que le Premier ministre du régime sioniste a laissé le soin à son rival, Benjamin Netanyahu de s'occuper de la crise de Gaza pour occulter l'échec de son parti et de lui-même, dans la gestion de la guerre de 22 jours contre Gaza.