Advertising Console

    J'AI QUATRE ANS

    Reposter
    Karell S. Vestris

    par Karell S. Vestris

    3
    692 vues

    1 commentaire

    Karell S. Vestris
    Dans J’ai quatre ans, le travail du son fait partie de la narration même du film; il le construit autant que l’image.
    J’ai accentué certains sons de la bande sonore, je les ai transformés, déformés selon les besoins de ce que je cherchais à exprimer.
    J’ai demandé à la comédienne Gwënaelle Jegou de créer une voix, et c’est sur sa proposition que nous avons enregistré un texte écrit sur mesure, dans un premier temps, et réécrit par ses soins, à l’envers. Le résultat est proche de ce que j’aurais pu obtenir techniquement en appliquant l’option logiciel « inverser la lecture » lors du montage.
    Enfin, j’ai utilisé une musique jazz plutôt enlevée pour faire rupture avec l’aspect dramatique global, pour mettre en exergue ce détachement du personnage, la même qu’ont certains enfants pour échapper à leur douleur, lorsque les contrariétés sont blessantes, les injustices incompréhensibles.
    Karell S. Vestris
    Par Karell S. VestrisIl y a 6 ans