Advertising Console

    Pierre Delorme - Mes copains de ce temps - 2007

    Repost
    Bernardo Le Challoux

    par Bernardo Le Challoux

    1
    256 vues
    Au festival POEMELODIES de PUJOLS, en juin 2007, Pierre DELORME, accompagné à la contrebasse par Thierry RÉOCREUX, a donné cette superbe chanson, issue de son album de 2005...

    Cette vidéo est due à Pierre BOHÉRA... Merci à lui, et au site "auprèsdesonarbre . com", dédié à tous les admirateurs de Georges BRASSENS, sur lequel je l'ai recueillie...

    J'ai un peu retouché le son, mais je n'ai rien pu faire pour l'image, en wmv 320x200 d'origine...

    Pierre DELORME, Lauréat de la "Fine Fleur de la Chanson" Luc BÉRIMONT :
    1979 : Ballades du centre-ville à la banlieue des choses
    1984 : Traboules et savanes, Prix Charles CROS
    1985 : L'aviateur
    2002 : Chansons toutes nues
    2003 : En attendant l'ange
    2007 : Traboules, savanes et autres ballades
    2008 : Le flâneur
    Liens :
    http://pierredelorme . free . fr/
    www . friendship-first . com/
    www . pressibus . org/

    Mes copains de ce temps, c'était pas des artistes
    C'était pas des poètes, pas des musiciens,
    C'était des mécanos, de piètres guitaristes
    Mais dans l'art d'être ami ils avaient du talent !

    S'il est vrai qu'à vingt ans on veut bouffer le monde
    Nous n'avions, eux et moi, pas très gros appétit !
    S'il est vrai qu'à vingt ans certains ont les dents longues
    Les nôtres étaient gâtées par de sacrées caries !

    Je vous dis pas leur nom, ça n'a pas d'importance
    Ils s'appelaient pareil qu'une foule de gens
    Ceux-là qu'on voit passer au petit bonheur la chance
    Qui vont gagner leur vie sans rêves extravagants…

    Mes copains de ce temps, c'était comme des frères
    Que la vie machinale avait jetés par là
    Car la vie a parfois a parfois de mauvaises manières
    Faut-il encore le dire et en faire tout un plat

    Ils sonnaient à ma porte au milieu du dimanche
    On allait faire un tour dans ce quartier perdu
    Ou bien jusqu'au boulevard pour voir passer la chance
    Le long de ce boulevard qu'est-ce qu'on a attendu !