Les jeunes : sous les pavés, l'angoisse ?

LCP

par LCP

1,6K
416 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
Face à une grogne grandissante de la part des lycéens, le ministre de l’éducation Xavier Darcos6259863737,66249,66250,66251,66252,66253,66254 a annoncé le 15 décembre que la réforme des lycées serait reportée d’un an. Le texte prévoit notamment de définir un "tronc commun" de matières aux trois sections de première et terminale, ainsi que la révision des programmes qui font l’objet de nombreuses critiques depuis des années.

Par cette décision, prise après « consultation » et « accord » du chef de l’Etat, le ministre entend « laisser plus de temps » pour « prolonger les discussions en abordant sans tabou tous les sujets ».

L’UMP a immédiatement réagi en la qualifiant de « décision sage ». Et l’ancien ministre socialiste Jack Lang3994663471,64449,64450,64451,64452,64453,64454,64455,64456,64457,69079 d’ajouter qui s’agit de la « première mesure de sagesse ». Pourtant, la mobilisation n’est pas redescendue. En effet, bien qu’il qualifient de « première victoire » cette « reculade » du Gouvernement, les lycéens n’entendent pas en rester là. La FIDL, un des principaux syndicats étudiants, exige que la réforme soit « effacée », en craignant que la suspension ne soit qu’ « une simple manœuvre politicienne ». Et c’est surtout contre les suppressions de postes dans l’éducation que les jeunes s’insurgent...

0 commentaire