Advertising Console

    A l’hôpital de Gaza, chaos et désespoir

    Repost
    Mecanopolis

    par Mecanopolis

    1,2K
    1 398 vues
    Mohammed Alwan comprime les blessures du jeune homme dans le couloir de l'hôpital Shifa de Gaza ville ce lundi. Le sang qui coule à flots de son corps rougit les mains gantées du chirurgien.

    « Khalas ! » dit une voix, le mot arabe pour dire «C'est fini».

    Le médecin refuse d'abandonner. Il masse le cœur du blessé, dans l'espoir de le ranimer. Quelques minutes plus tard, ce dernier meurt.

    «Qu'est-ce-que je peux dire ?» dit-il d'une voix lasse. «J'ai vu cette scène tant de fois. Je suis ici depuis quatre jours sans interruption et je ne suis pas rentré chez moi depuis.»

    Alors que les tanks et l'infanterie israéliennes pénètrent plus profondément dans Gaza, la situation humanitaire déjà terrible a empiré. Le gouvernement israélien a imposé à la bande de Gaza ce que les Palestiniens appellent un siège - restreignant les livraisons de nourriture, de médicaments et d'autres produits de base - depuis la prise de contrôle par la force de Gaza par le Hamas au détriment du Fatah, le parti rival, en juin 2007. Lundi, la stratégie militaire israélienne consistant à couper le territoire en deux réduit encore plus la possibilité pour les Gazaouis de se rendre dans les hôpitaux et de porter secours.

    Les attaques aériennes et les affrontements au sol ont paralysé l'essentiel des secteurs d'activité des 1,5 millions d'habitants - les hôpitaux, la production d'énergie et 'adduction d'eau, les marchés et les routes.

    Environ 550 Palestiniens ont été tués et plus de 2500 blessés en 10 jours d'offensive ; les responsables palestiniens du secteur de la santé estiment que beaucoup d'entre eux - entre 24 et 30 % -- sont des femmes et des enfants. La plupart se trouve au Shifa, le plus grand hôpital de Gaza.

    La suite sur Mecanopolis >http://www.mecanopolis.org/?p=2873