Advertising Console

    Remake d'Agathe Cléry à la Réunion.

    Reposter
    Fred - déconnecté

    par Fred - déconnecté

    13
    547 vues
    Il est noir. Il est raciste. Il va devenir blanc.

    L'action dramatique, d'une intensité émotionnelle à peine soutenable, se déroule sur l'île de la Réunion, vendue aux tour opérateurs comme un « paradis du métissage ». Dans les deux rôles principaux, la nouvelle égérie des critiques post-nihilistes, « le Jean Marais du troisième millénaire » comme l'ont décrit « Les Cahiers du Cinéma » aujourd'hui « émus aux larmes », Thierry Alba, emmène le spectateur dans les méandres du racisme. D'où vient-il ? Quand se développe-t-il ? Comment se transforme-t-il en d'insidieuses formes ?

    Le propos serait trop long à développer, pourtant « Zan-Pirr, Jean-Pierre » constitue, et le fait est assez rare pour être souligné, une œuvre finie. Il ne peut être suivi que d'un long silence méditatif. Il dit soudain, au sens grec du terme, ce que tant d'éminents écrivains ont tenté d'exprimer sans y parvenir.

    L'étonnante conclusion que clame Zan-Pirr, devenu Jean-Pierre, lors de l'ultime coup de théâtre de cette œuvre majeure nivelle par le haut tous les précédents postulats. Même Barack Obama en est ressorti blanchi.

    www.komansava.com