A la recherche du meilleur cadre

Sébastien GIRARD
107
13 697 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
"Il serait pertinent de réaliser des films dont les images auraient de multiples rapports hauteur sur largeur." De manière didactique et amusante, "A la recherche du meilleur cadre" fait l'apologie de cette idée. Réalisation : Sébastien Girard. A propos des changements de valeurs de cadres, le site "A la recherche du meilleur cadre" :
http://recherchecadre.chez-alice.fr/

19 commentaires

Décidément suite des 2 commentaires précédent (désolé)

Les jumelles dans fenêtre sur cour de Hitchcock qui est d'ailleurs truffé de cadre dans le cadre.

Bref (après plus de 2000 caractères), plus je vois de films plus je pense que le cadre dans le cadre et le recadrage sont tout aussi efficaces que la notion de changement de cadre. Le numérique va surement permettre d'utiliser plus souvent le changement de proportions de cadres, mais je crois que je resterai toujours fasciné par les astuces de réalisation qui permettent d'obtenir le même effet.

J'apprécie ton travail et je pense régulièrement à toi en trouvant ces astuces. Cette vidéo m'a donc bien marqué merci à toi
Par nasnagol l'année dernière
Suite du commentaire précédent

Avec la nuit américaine de Truffaut, j'ai repensé à ta vidéo et ça m'a confirmé dans mon idée.
Dans la vidéo suivante tu utilises Scott Mc cloud et la bande dessinée, je vais faire de même. Pour moi le cadre au cinéma correspond à la page en bande dessinée. L'auteur choisit son format en début d'ouvrage et s'y tient jusqu'à la fin. C'est une contrainte inhérente à son art.
Il peut biaisé en utilisant la double page mais, pour que l'impact soit fort, il ne peut pas s'en servir à chaque page.

Je pense qu'au cinéma, l'auteur choisit son cadre au départ. Puis par le jeu des mouvements de caméra et des décors, il redimensionne dans son image pour accentuer son discours.

Cette vidéo m'a touché et je remarque souvent les recadrages utilisés par les réalisateurs. Si ça marche c'est justement parce que c'est subtil et peu présent.

J'ai vu plein d'exemples (qui m'échappe pour le moment). Je pense notamment à la fuite dans la cloison du mur dans matrix.
Par nasnagol l'année dernière
Bonjour, j'ai regardé cette vidéo il y a longtemps (pas pris le temps de regarder à nouveau avant de poster ce commentaire). Hier, j'ai eu le plaisir de revoir la nuit américaine sur arte. Au cours d'un plan, deux des personnages sont isolé dans le premier tiers gauche de l'image (surement grâce à un cache noir sur le reste de l'image). Par la suite, nous retrouvons les protagonistes du film filmé sur un balcon centré recadré au premier plan par les murs de la chambre.

La première fois que j'ai été impressionné par un recadrage; c'est par costa gavras dans amen. Les trains à bestiaux défilent avec leurs wagons portes ouvertes (créant un format proche du 4/3 défilant). Cette mise en scène m'avait profondément bouleversé; renforçant la désolation et le vide du paysage dans le fond. En sortant du film je pensais que Costa Gavras n'avait pas le droit de faire du "beau" de cette manière.
Lorsque j'ai regardé cette vidéo, j'avais immédiatement pensé à ce film mais je me sentais hors sujet
Par nasnagol l'année dernière
Bonjour ! J'ai pensé à vous car dans le film "Scott Pilgrim vs the world" de E.Wright, les cadres changent à plusieurs reprises et de façon douce et agréable !
Par Augustin Bayle il y a 3 ans
Tarantino a essayé le concept du passage au 4/3 à l’intérieur d’un cinemascope pour Kill Bill. L’impression d’opression du cercueil est effectivement très bien rendue par ce changement !
Par Alexandre André il y a 4 ans