Advertising Console

    Gladio - Partie 2 Les Marionnettistes - 1sur3

    Repost
    Les bras m'en tombent

    par Les bras m'en tombent

    158
    3 371 vues
    À la fin de la guerre froide, une série d’enquêtes judiciaires menées
    sur de mystérieux actes de terrorisme commis en Italie contraignit le
    Premier ministre italien Giulio Andreotti à confirmer l’existence d’une
    armée secrète en Italie ainsi que dans d’autres pays d’Europe occidentale
    membres de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN).
    Coordonnée par la section des opérations militaires clandestines de
    l’OTAN, cette armée secrète avait été mise sur pied par l’Agence centrale
    de renseignement américaine (CIA) et par les services secrets britanniques
    (MI6 ou SIS) au lendemain de la seconde guerre mondiale afin de lutter
    contre le communisme en Europe de l’Ouest. Suite aux révélations du
    Premier ministre italien, de nombreuses enquêtes à l’initiative de juges,
    de parlementaires, de chercheurs et de journalistes d’investigation visèrent
    le réseau clandestin qui portait, en Italie, le nom de code « Gladio » (le
    glaive), mais qui était également actif dans d’autres pays sous différents
    noms tels que « Absalon » au Danemark, «ROC» en Norvège et
    «SDRAS» en Belgique. Dans chaque État, les services secrets entretenaient
    une armée anticommuniste en étroite collaboration avec la CIA ou
    le MI6, à l’insu du Parlement et de la population.