Advertising Console

    Voyage autour de ma chambre, Olivier Smolders

    Reposter
    Cinergie Cinergie.be

    par Cinergie Cinergie.be

    180
    3 847 vues
    Olivier Smolders n’est pas que l’un des cinéastes les plus doués de sa génération, c’est aussi un écrivain, auteur d’un essai sur la pornographie qui est d’une drôlerie proche de Bouvard et Pécuchet. Il est également l'auteur d’un livre étonnant sur Paul Nougé et de La part de l’ombre qui retrace ses vingt ans de parcours au cinéma. Voyage autour de ma chambre, son dernier opus, a reçu le Prix du Meilleur Court Métrage Documentaire à Média 10/10 et commence sa vie dans les festivals.

    Du temps de l’argentique à l’espace de la vidéo.
    « Il y a quelques années, j’ai réalisé Mort à Vignole. Ce film était constitué en grande partie d’images super 8, parce que lorsqu’on regarde un film de famille en super 8, il y a tout de suite une nostalgie qui s’installe, un rapport avec le temps qui passe, des êtres chers disparus, la mort. Après ça, j’ai voulu faire un autre film qui serait comme un diptyque, sur l’espace. J’ai longtemps traîné ce projet sans savoir exactement comment l’aborder, notamment parce que je ne savais pas sur quel support travailler. Un jour, j’ai fait le lien entre ce projet sur l’espace et des petites vidéos personnelles que j’avais tournées lors de voyages en famille. Je me suis rendu compte que tout le monde filmait beaucoup, mais qu’on ne regardait que très peu ces images, alors j’ai pris mon courage à deux mains, et je me suis mis à regarder ces vidéos, pour voir de quelle manière j’avais filmé ces paysages. Cela m’est apparu comme une évidence : autant l’argentique et le super 8 conviennent pour parler du temps, autant la vidéo est le support à utiliser pour l'espace. J’ai donc décidé d’utiliser uniquement des images vidéo ; ce qui était un peu particulier pour moi, puisque je ne l’avais jamais fait auparavant. Finalement, ça a donné Voyage autour de ma chambre. http://www.cinergie.be/entrevue.php?action=display&id=715
    Image/montage: Antoine Lanckmans