Advertising Console

    Petite balade

    Repost
    marieno andre

    par marieno andre

    48
    239 vues
    ourgade d’Augusta (Aouste) fut habité dès
    l’époque gallo-romaine.
    Si un château a été à l’origine du bourg de
    Cobonne, il n’en reste plus aucune trace.
    À la fin du 11ème siècle, une église dédiée
    à Saint-Pierre est construite. Elle est rattachée
    à l’église Saint-Pierre de Gigors, et
    toutes deux dépendent de l’abbaye de Cluny.
    Cent cinquante ans plus tard (1240) la présence
    du village, fief des Poitiers, comtes de
    Valentinois, est connue par un texte
    citant certains de ses habitants.
    Le village possède un four banal et un
    moulin, mais n’est probablement pas
    fortifié.
    La guerre des Épiscopaux, entre les
    seigneurs de Poitiers et les évêques de
    Die, ouvre dans la région une période
    d’insécurité, qui se poursuit avec les
    passages des Routiers et les épidémies.
    Au 14ème siècle on décide donc de
    construire l’enceinte et le donjon.
    Nous ne savons rien de précis sur les
    conséquences locales des guerres de
    religion, mais il semble que le tiers de
    la population adopte le culte protestant.
    Au 19ème siècle Cobonne connait une forte
    croissance de sa population (272 habitants
    en 1886) et l’installation sur son territoire
    de deux petites industries : un moulinage de
    soie, et surtout l’usine où l’on fabriquait les
    billes de pierre qui, pendant plus de cinquante
    ans, ont fait jouer les enfants de France et
    même de l’étranger.
    Pendant la Seconde Guerre mondiale, les
    maquisards de la compagnie Chapoutat
    s’installent dans la vallée. En juin 1944, le
    village est bombardé, la mairie et l’école
    détruites. Elles sont en définitive reconstruites,
    mais en contrebas au bord de la route.
    Laissé à l’abandon, le vieux village aurait pu
    disparaître. Pourtant certains habitants remontent
    pierre par pierre les maisons, et créent en 1984
    l’Association des Amis du Vieux Cobonne. C’est
    le début de la renaissance du village.