Advertising Console

    Ségolène Royal - Profession de foi - Reims

    Reposter
    DA Vaulx-en-Velin

    par DA Vaulx-en-Velin

    24
    365 vues
    Ségolène Royal, a affirmé dimanche devant le Congrès de Reims que "tout le monde devra se ranger derrière celui qui sera désigné par le vote souverain des militants". "Le parti a besoin de tous, de tous ses militants, ses élus, ses responsables nationaux, fédéraux, ses secrétaires de section et de tous ceux et celles qui nous rejoindront.
    "Nous aurons besoin de toi, Bertrand et de tes amis", a-t-elle lancé. "Nous aurons besoin de toi, François, à qui tous les militants savent ce qu'ils doivent notamment d'avoir maintenu contre vents et marées, l'unité du parti socialiste", a-t-elle lancé, très applaudie.
    "Le Parti socialiste est attendu par les Français. Il doit contribuer à répondre à l'urgence de la crise financière", évoquant "l'avalanche de licenciements" et "les acquis sociaux bafoués partout".
    Elle a condamné cette "crise financière indissolublement liée au système capitaliste lui-même", la "secte des intégristes du marché" et les banques qui appellent l'État "au secours comme on appelle les domestiques pour qu'ils épongent les dégâts d'une fête trop arrosée".
    Il y a "urgence à proposer une alternative radicale et crédible", a affirmé Ségolène Royal qui songe "à tous ces salariés qui jonglent avec trois petits boulots pour s'en sortir", à cette mère de famille qui "récupère les restes des assiettes pour les recuisiner", à ces "retraités" qui "doivent choisir entre manger et se chauffer".
    "Je pense à tous ces jeunes de toutes origines et de toutes les couleurs des quartiers populaires qui sont venus massivement voter à l'élection présidentielle et je les appelle à venir au PS. La France a besoin d'eux, le PS a besoin d'eux et si je suis élue, j'aurais farouchement besoin d'eux".
    Saluant le PS, "Parti de notre vie, même si nous y laissons parfois beaucoup", "indispensable aux Français et au monde", elle a lancé: "Rassemblons-nous. Socialistes, levons-nous!", avant d'exhorter à "inventer le socialisme du XXIe siècle".