Advertising Console

    "Une lettre oubliée" Juliette & Guillaume Depardieu

    Reposter
    Petite-Rigolote

    par Petite-Rigolote

    80
    15 512 vues
    "Une lettre oubliée"
    Paroles et Musique : Juliette Noureddine
    Album 2005 "Mutatis mutandis"
    © Le Rideau Bouge / Polydor


    Lui :
    Mon amour, ma bien aimée,
    Me voici trop loin de toi,
    Comment survivre éloigné
    De ton cœur et de tes bras ?

    Elle :
    De mon cœur et de mes bras
    Tiens, je l'avais oubliée
    Cette lettre et qui, ma foi,
    Peut me l'avoir envoyée ?

    Lui :
    Si tu savais quel ennui
    Loin de nos jeux amoureux
    Elle :
    Est-ce André ou est-ce Henri ?
    Est-ce Paul aux si beaux yeux ?

    Lui :
    Rien ne distrait la folie
    Qui m'entoure mais rien ne peut
    Détourner mon cœur épris
    Elle :
    Oh non, ça ne peut être lui !

    Lui :
    Mon amour, mon feu, ma joie,
    Je reviendrai, sois-en sûre
    Elle :
    Vrai, c'est la première fois
    Que je vois cette écriture.

    Lui :
    Ton portrait posé sur moi,
    Me protège et me rassure
    Elle :
    Cette lettre entre mes doigts
    Serait-elle une imposture ?

    Lui :
    Oui, l'enfer est de ce monde
    Mais le pire est de compter
    Ces heures, ces jours, ces secondes
    Qui nous tiennent séparés

    Elle :
    J'ai beau chercher dans la ronde
    De mes amoureux passés
    Dans quelle amnésie profonde
    Cet amant-là s'est noyé

    Lui :
    Mon amour, ma toute belle,
    Je t'aime et je t'aime tant
    Elle :
    Il n'y a rien d'éternel,
    Rien qui ne résiste au temps

    Lui :
    Un baiser sur ta prunelle,
    Sur ta bouche tout autant
    Elle :
    Rien qui ne résiste au temps
    Et la mémoire est cruelle

    Lui :
    Mais adieu ma vie, mon cœur,
    Il faut bien que je m'en aille
    On m'appelle, il est six heures
    A demain, vaille que vaille !

    A moins que ton artilleur
    N'ait pour seules funérailles
    Que les tranchées et la peur,
    Le vacarme et la mitraille

    Elle :
    Sur ces pages abîmées
    Il manque une ultime morsure,
    La certitude affirmée
    D'une simple signature

    Lui :
    Mon amour, si d'aventure
    Au front je devais tomber,
    Je voudrais que tu me jures
    De ne jamais m'oublier

    Elle et Lui :
    Je voudrais que tu me jures
    De ne jamais m'oublier.

    La Musique du Royaume de Zinzin