CAP D'AGDE - ARCHIVES (2008) - Qui en veut aux boites échangistes ?

HERAULT TRIBUNE
208
9 053 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
CAP D'AGDE - ARCHIVES (2008) - Qui en veut aux boites échangistes ?

En six mois ce ne sont pas moins de quatre discothèques qui sont parties en fumée au village Naturiste du Cap d'Agde !

Aprés Le Glamour et la Palme Ré en Avril on pouvait encore penser à une coïncidence de sinistres accidentels. Les deux incendies survenus les 29 septembre dernier aux établissements libertins du Village naturiste viennent enrichir l'hypothèse d'actes malveillants.

Les causes des deux précédents feux ne sont toujours pas élucidées. L'enquête policière est toujours en cours et ces deux nouveaux cas viendront certainement relancer les hypothèses criminelles.

Le Zen et le Tantra, les deux établissements qui ont pris feu dans la nuit du 28 au 29 septembre sont exclusivement fréquentés par une clientèle échangiste ou libertine saisonnière.

Les établissements étaient fermés pour la période hivernale depuis la mi septembre.
Le feu ayant pris à l'extérieur de l'établissement étaye l'hypothèse criminelle.
Le nombre de ces incendies ne peut que légitimer les inquiétudes des résidents: Acte criminels sans doute pour certains des établissements, mais de quel type ?
Racquet hotelier ? Chantage ? Vengeance dans le monde du sexe et de la nuit ou simplement incendies accidentels ?
Les services de police scientifique et la police judiciaire enquêtent.

Les secours ont également été entravés par des privatisations du domaine public qui ont gênés le libre accès des pompiers aux établissements en flamme.

Voilà qui devrait également freiner les ardeurs de certains syndics de copropriétés, notamment en centre port, qui tolèrent la privatisation des passages sous arcades afin d'offrir plus d'espace aux terrasses commerciales en réduisant ainsi les passages des véhicules de sécurité.

La multiplicité de ces incendies qu'ils soient accidentels ou criminels devraient en tout état de cause relancer la vigilance et le débat sur les entraves à la sécurité civile.

0 commentaire