Advertising Console

    Le collectif des associations unies à Matignon 2008

    1 326 vues
    Mal-logement : "colère" des associations face "aux promesses non tenues"

    Les associations de défense des sans-abri exprimeront le 17 septembre au Premier ministre François Fillon leur "dépit", voire leur "colère", devant les "promesses non tenues" en matière de lutte contre le mal-logement.
    Augustin Legrand, des Enfants de don Quichotte, a résumé devant la presse "la colère" du collectif des "associations unies" : "On demandait 2 milliards, on nous a promis 250.000 euros et finalement, on n'a rien eu! On en a ras-le-bol!" Didier Cusserne, de l'Association Emmaüs, a dénoncé le "décalage entre ce que M. Fillon nous a promis et la réalité d'aujourd'hui", alors que "les processus d'exclusion se renforcent".

    Hervé de Ruggiero, directeur général de la Fnars (fédération d'associations de réinsertion), a exprimé pour sa part son "dépit". "Il y a deux ans, a-t-il expliqué, avec l'opération des Enfants de don Quichotte, il y a eu un coup d'accélérateur. On a eu l'impression d'une prise de conscience. Mais aujourd'hui, on pense qu'il n'est pas impossible qu'on se fasse balader".

    François Soulage, président du Secours Catholique, a même lancé: "il faut arrêter de se moquer du monde, le gouvernement a annoncé des mesures mais il n'y a pas de budget pour les appliquer".

    Christophe Robert, de la Fondation Abbé Pierre, s'est pour sa part inquiété d'"une baisse de 10% du budget de la Ville et du Logement" dans le budget 2009 et a souligné que le projet de loi Boutin sur la modernisation du logement qui sera examiné cet automne au Parlement "fait fi des propositions des associations".