Viol et meutre d'une irakienne par des GI

Découvrir le nouveau player

Cette vidéo a été soumise à une limite d'âge après signalement basé sur nos Conditions d'utilisation

Moko

par Moko

384
82 952 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
  • Playlists
Décrit par son auteur comme un "documentaire fictionnel", Redacted, revu et corrigé revient sur la mort, en mars 2006 à Mahmoudiya, d'Abeer Qasim Hamza, violée et assassinée à 14ans par des soldats américains. Pour détruire les preuves de leur crime, ces derniers avaient mis le feu au corps de l'adolescente et tué trois personnes de sa famille. En novembre 2006, un tribunal militaire avait condamné l'un des soldats à la prison à perpétuité.

Réalisé à partir d'informations sur ce drame, glanées sur Internet par Brian De Palma, Redacted se présente comme un journal vidéo sur le quotidien d'une poignée de soldats américains basés en Irak. Mais bien d'autres "matériaux" reconstitués à partir de documents réels le composent : blogs et vidéos sur internet, extraits de journaux télévisés ou de documentaires, films de surveillance vidéo, exécutions d'otages filmées...

Redacted plonge ainsi au coeur du conflit irakien en montrant un "check-point", l'un des nombreux barrages installés sur les routes par les Américains pour prévenir les attentats. Parfait symbole de l'incompréhension entre la population et les GI's, ils sont le cadre de bavures quotidiennes car nombre d'automobilistes irakiens, incapables de déchiffrer les instructions, y sont abattus, affirme le film. Au fil d'un récit fragmenté, De Palma montre le désoeuvrement et la faiblesse intellectuelle de jeunes soldats inexpérimentés, le désarroi de leurs familles et l'escalade de la peur qui se mue en haine sur le terrain. Cinéaste obsédé par le pouvoir et la signification des images, il montre aussi comment les images des atrocités quotidiennes de cette guerre sont soit absentes, soit tronquées, interprétées et manipulées par chaque bord. Redacted se termine par une série de clichés pris dans la rue ou dans les hôpitaux, montrant des enfants, des femmes et des hommes en sang, amputés ou brûlés vifs.

Les commentaires ont été désactivés pour cette vidéo.