Mircéa Eliade Et La Redécouverte du Sacré 4

885 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
La démarche d’Eliade est comparative, mais la comparai-son vise autre chose qu’elle-même, car la démarche de la religion archaïque ne représente pas, pour notre modernité, la figure d’un autre âge, ni d’un moment dépassé de la conscience que l’homme prend de sa propre humanité. L’archaïque est notre contemporain. Non pas la figure de ce que nous fûmes au temps de notre enfance, mais la figure d’une possibilité différente de la relation de l’homme avec le sacré. Une possibilité différente de l’expérience et de la pen-sée, et la prise en compte de cette différence ne vient pas enrichir le musée de l’histoire du développement de l’esprit humain. Elle doit venir, tout à l’inverse, pour faire éclater les limites provinciales (2) de l’esprit européen et l’ouvrir à un universel en s’instruisant auprès de cultures qui ne lui sont pas familières.

Originaire de Roumanie, Eliade a enseigné aux Etats-Unis. Mais son chemin de l’Europe jusque vers le Nouveau Monde a fait un long détour par l’Inde : on ne sau­rait oublier par conséquent sa trajectoire personnelle pour comprendre la trajectoire qu’il présente dans son œuvre (3).Car c’est alors que l’on prendra la mesure de la fonction qu’il assigne à la science de l’histoire des religions, en quête d’une ontologie archaïque (4) : fonder une forme nouvelle de l’humanisme (5). Ouvrir la pensée à une expérience plus large et plus vaste de la réalité humaine, cette perspective est, dans l’œuvre d’Eliade, inséparable de l’inventaire des formes de la vie religieuse. http://www.contrepointphilosophique.ch/Philosophie/Sommaire/MirceaEliade.html?Article=MirceaEliade.htm

0 commentaire