Advertising Console

    Rahan (générique à la guitare 12 cordes)

    Repost
    Mickaël Tapy

    par Mickaël Tapy

    272
    3 956 vues
    Transcription perso des accords :
    [Accordage standard en LA 440 - Capodastre en 2ème case]

    Mim
    Dis pourquoi le jour, la nuit ?

    Lam
    Pourquoi l'eau, le feu, la terre ?


    Et pourquoi le vent, la pluie ?

    Sol_Mi
    Pourquoi tous ces grands mystères ?

    Mi_Mim_Sim
    Rahan, l'enfant des âges farouches,

    Sim_Mim_Sim
    Rahan, plus vite que le vent,

    Sim_Sol_Lam
    Plus fort que toutes les vagues de l'océan,

    Do_Sim
    Toujours plus loin, Rahan.

    Sim_Mim_Sim
    Rahan, l'enfant de tous les hommes,

    Sim_Mim_Sim
    Apprends et donne ton savoir,

    Sim_Sol_Lam
    Bats-toi, invente-nous un monde plus grand,

    Do_Mi
    Toujours plus beau, Rahan.

    Do_Rém
    Crie par dessus l'ouragan, bats-toi face aux démons géants,

    Sol_Do
    Seul parmi les grands sorciers, que ta voix chante la liberté,

    Fa
    Crie l'horreur, la faim, le sang, crie l'oubli,

    Sol_Mi
    Ta vie est un cri, Rahan.

    Mi_Mim_Sim
    Rahan, oublie les temps farouches,

    Sim_Mim_Sim
    La peur plus sombre que la nuit,

    Sim_Sol_Lam
    Tu vois s'étendre dans la lune si ronde,

    Do_Sim
    Tout le sourire du monde.

    Sim_Mim_Sim
    Rahan, si le soleil se cache,

    Sim_Mim_Sim
    Là-bas très loin dans sa tanière,

    Sim_Sol_Lam
    Descends profond sous les rayons du couchant,

    Do_Mi
    Plonge dans sa lumière.

    Do_Rém
    Seul perdu dans la nature, tu te bats, fils des âges obscurs,

    Sol_Do
    Marche dans la nuit des temps, la vie est un défi constant,

    Fa
    Crie plus fort, combat la mort, crie ton corps,

    Sol_Mi
    La vie est un cri, Rahan.

    Il y a plus de 500 000 saisons, le Mont Bleu s'éveilla.
    Toute la nuit, le volcan maudit cracha ses entrailles de feu sur la horde de Craho le Sage.
    À l'aube de l'humanité, à l'aube des temps obscurs, le Mont Bleu n'avait épargné qu'un enfant, il s'appelait Rahan.

    [ Mickaël Tapy ]