Advertising Console

    Annonce: Ingrid Bétancourt est libérée

    Reposter
    INFOCOM-Net

    par INFOCOM-Net

    352
    971 vues
    La Colombie a annoncé mercredi 2 juillet la libération par l'armée de la sénatrice franco-colombienne Ingrid Betancourt et de trois otages américains aux mains des Farc.

    Le ministre de la Défense Juan Manuel Santos a déclaré que tous les anciens otages étaient en relativement bonne santé après des années de détention dans la jungle. Onze militaires ou policiers ont également été libérés.

    L'opération de sauvetage s'est déroulée mercredi dans la jungle de Guaviare, dans le sud du pays.
    Cette nouvelle est un succès important pour le président colombien Alvaro Uribe, qui a fait de la lutte contre les Farc sa première priorité.

    "C'était une opération sans précédent", s'est félicité le ministre de la Défense devant des journalistes. "Cela rentrera dans l'histoire par son audace et son efficacité."

    Les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc) retenaient une quarantaine d'otages de premier plan comme monnaie d'échange contre des centaines de militants emprisonnés.
    Parmi eux, Ingrid Betancourt, candidate du parti Vert à l'élection présidentielle en Colombie, avait été capturée le 23 février 2002.

    "Je suis comblée de joie", a déclaré Astrid Betancourt, sa soeur, à l'annonce de sa libération. "Ce furent de longues années d'attente.

    Dès son élection en mai 2007, le président français Nicolas Sarkozy avait fait de sa libération une de ses priorités affichées.

    "Je voudrais remercier toutes les personnes impliquées, y compris le président Sarkozy", a déclaré Hervé Marot, porte-parole du comité de soutien.

    Les trois otages américains travaillaient pour le département de la Défense et ont été capturés en 2003 après la chute de leur avion dans la jungle lors d'une opération de lutte contre les stupéfiants.

    Les Farc, plus vieux mouvement rebelle d'Amérique du Sud, ont été repoussés dans des endroits isolés du pays et ne compteraient plus que 9.000 combattants contre 17.000 auparavant.