Advertising Console

    You Know My Piano Name

    Reposter
    Thomas Hercouët

    par Thomas Hercouët

    1K
    32 544 vues
    Rejoignez la page http://www.facebook.com/leblogahercouette je ne sais pas à quoi ça sert mais c'est joli (il y a une licorne) et http://www.sodomyth.com parce que c'est bien !

    J’ai pas peur de le dire, le générique de Casino Royale est le plus beau, le plus classe, le plus prise-de-tripes de toute la série, aussi bien pour le visuel que pour la bande-son. Il y a des musiques dont on tombe amoureux dès la première écoute. You Know My Name est pile de celles-là.

    Ca fait plus de trois mois que je suis dessus, et impossible d’avoir un résultat correct jusqu’ici. J’en avais un peu marre de le laisser en gestation et le balancer ici une bonne fois pour toute se faisait une envie de plus en plus pressante. Ca doit être le morceau le plus nerveux que j’aie joué, et donc forcément un des plus jouissifs. Par contre, contrairement aux autres, j’ai essayé d’être le plus rigoureux possible dans les enchaînements (dans le rythme, c'est autre chôse). J’ai l’habitude de jouer avec une bonne part d’impro, mais là, je me le suis interdit. Résultat : j’étais flippé comme une bête à l’idée de faire le moindre faux-pas (souviens-toi tes auditions en école de musique) mais heureux comme un gosse au moment de lâcher la pédale – peut-être un peu tard, d’ailleurs. Bref, ce morceau m’a valu l’award « euh… comment dire… vous êtes dans une bibliothèque… vous pourriez pas jouer moins fort ? » C’est vrai que ça sort de l’esprit. Ce piano, c’est comme une bonne voiture : tu peux monter à 130 sur une route de campagne sans t’en rendre compte.

    A propos du piano, je l’ai ouvert pour voir si ça changeait, mais en fait non. Ca alimente juste un peu la réverb, c’est pas tip-top utile. Et surtout, ça cache les néons, donc c’est promis, je ne recommencerai plus.

    Donc, pour résumer: c'est plus un gros défouloir qu'une belle musique, mais j'avais envie, et c'était ça ou une version funky de la danse des canards, voilà !