Voulez-vous effacer les recherches récentes ?

Toutes les recherches récentes seront supprimées

Claude Semal "la raison du plus faible"

il y a 10 ans1.1K views

Lucas Belvaux t’a donné beaucoup d’indications ou t’a laissé nourrir le personnage de toute une épaisseur humaine qui est forte ?

C. S. : Lucas a vécu le cinéma comme acteur puis a réalisé une trilogie comme cinéaste. Par rapport au personnage, je crois qu’il a choisi des personnages dont il avait le sentiment, l’intuition qu’ils avaient une certaine épaisseur. Par rapport à ça, mon parcours social ou politique a pu compter autant que « mes talents d’acteur ». Par ailleurs, il a été assez respectueux de notre travail. Chacun a travaillé à sa sauce. Personnellement, j’ai parlé avec pas mal d’anciens sidérurgistes. Le travail dans ces entreprises est très particulier. Les feux continus fonctionnent tout le temps, c’est la machine qui est maître de tout. Les gens que j’ai interviewés travaillaient pendant sept ans aux mêmes pauses. Ce qui signifie que pendant sept ans on travaille la nuit, sept ans le matin ou l’après-midi. Cela tous les jours de l’année, y compris les week-ends et des jours symboliques comme la Noël ou le nouvel an. Evidemment cela crée des univers particuliers de camaraderies, de solidarité et, surtout quand ils perdent ce boulot, des univers de solitude terrible. Comme ce sont des métiers très exigeants, socialement, cela vous isole du rythme et de la vie des autres. Lorsqu'on perd son travail, on perd aussi sa vie, ses copains, tout... Le film raconte l’histoire de ces gens qui ont perdu leur travail et qui cherchent. En même temps, le personnage que joue Lucas est un ouvrier, un ancien taulard et lui, tout comme le personnage joué par Natacha Regnier, est cassé par le travail parce qu’il doit se lever tôt et aller travailler loin dans le bruit, dans la crasse. Tous les personnages, qu’ils aient du travail ou pas, sont cassés par le travail.
lire la suite sur www.cinergie.be
http://www.cinergie.be/entrevue.php?action=display&id=563