Ça déménage... sous les Tropiques-Gérard Preszow

Cinergie Cinergie.be
132
525 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
Gérard Preszow anime depuis trois ans un atelier de création vidéo au sein de l'asbl Tropiques, centre de jour pour adultes légèrement déficients. La vidéo d’atelier est devenu un film, Ça déménage... sous les Tropiques, qui nous parle d’errance, d’enfance, de souvenirs liés aux lieux d’habitation. Rencontre avec l’animateur-cinéaste et Stéphane Van Iseghem, résidant-cinéaste.

Cinergie : Comment es-tu passé de l’écriture à la caméra ?

Gérard Preszow : Oui, c’est vrai qu’au départ, dans mon parcours, mais ça fait presque 20 ans maintenant, il y avait une obsession de l’écriture. L’écriture ne m’a pas tout à fait quitté et continue à m’obséder et à me tarauder, mais à un moment, il a fallu que j’arrête avec ça ! J’ai pris une caméra. Je ne dirais pas que c’est ce qui m’a sauvé, mais c’est ce qui m’a permis de me lever, de franchir la porte de chez moi et de sortir.
Dans les ateliers que je mène depuis 3 ans, c’est un peu ça que je mets en partage et que je propose, c’est-à-dire une projection de ce que j’ai pu vivre moi-même. La caméra est un outil qui permet d’aller vers le monde, de se lever (Lève-toi et marche !), de sortir et d’aller à la rencontre. C’est très simple et c’est la philosophie des ateliers que je mène, notamment avec Stéphane van Iseghem. La question est : “Qu’est-ce qu’on peut vivre ensemble, moi, toi et la caméra qui est là ? Qu’est ce qu’on peut vivre ensemble avec une caméra sachant initialement que pour moi, ça a été une manière de me mettre en mouvement ? ” Je ne veux pas parler de “cinéma”, de “formation à l’image”, d’"éducation média”.
http://www.cinergie.be/entrevue.php?action=display&id=644

0 commentaire