Seven ages of rock; les sixties

Jean-michel Pelet
484
521 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
1962 le 11 septembre
Les Beatles enregistrent leur premier disque
Le 45 tours "Love Me Do" sortira le 5 octobre et atteint la dix-septième place au hit-parade britannique. En février 1963, leur deuxième disque, "Please, Please Me" sera classé numéro un. La beatlemania s'étend de manière foudroyante.
The Beatles accentuent le travail sur la mélodie et les harmonies vocales et donnent naissance à la musique pop tandis que le mouvement du « british blues boom » retourne aux racines blues, privilégiant des rythmes syncopés et des sonorités plus agressives. The Rolling Stones émergent comme le fer de lance de ce rock britannique. Des branches parallèles se multiplient alors : des groupes tels que The Who et The Kinks développent le mouvement mod, tandis que The Animals ou The Yardbirds créent un blues rock britannique. La richesse de la création britannique est florissante et impose définitivement au niveau mondial un genre musical qui devient emblématique de la seconde moitié du XXe siècle. Le rock se ramifie alors presque à l'infini en explorant des niches apparemment improbables. Le jazz-rock fusion naît de cette recherche entamée dès les années 1960.

Si les années 1950 proposaient une scène commune pour artistes noirs et blancs, les années 1960 mettent fin à cette mixité. La scène rock britannique est principalement blanche, tandis que les noirs américains adaptent à leur sauce la redécouverte britannique de l'importance de la mélodie. S'appuyant sur les anciennes structures ségrégationniste, ils mettent au monde une branche importante de l'arbre généalogique du rock, englobant ce qu'il convient de qualifier de « dance music », du funk au rap en passant par la pop de la Tamla des années 1960. Conséquence de ce cloisonnement, les rockers noirs sont rares dans l'autre grande famille du rock post-Beatles. Citons toutefois Jimi Hendrix, guitariste de génie, qui électrifie son blues et ouvre au rock blanc d'autres univers
Milieu des années 60 : L’acid rock ou rock psychédélique :
Le mouvement psychédélique, né sur la côte ouest des Etats-Unis, est représenté par :

The Byrds (US, folk-rock, californien) : Mr Tambourine Man, Turn Turn Turn. Grateful Dead : (appréciés surtout en concert). Jefferson Airplane (US) : It’s no Secret, Somebody to Love. The Doors : album Doors (1967) dont les titres Light my Fire et The End. Les albums Strange Days (1967) et Waiting for the Sun (1968). Creedence Clearwater Revival : le fameux Proud Mary, Travelin’ Band.

utres styles :

1965 : The Temptations (US, ormé en 1960) : My Girl, The Four Tops It’s the Same Old Song (qui sera adapté par Claude François), The Righteous Brothers : You’ve Lost That Lovin’ Feelin’.

1966 : Tom Jones : Greeen Green Grass of Home. The Velvet Underground (Lou Reed) : I’m Waitin for the Man, Sunday Morning. Cream (dont Clapton) se forme. Album Good Bye. Leur titre Sunshine of your Love annoncera le Cocaïne de Clapton (écouter les premières mesures). Buffal

0 commentaire