Marche de sans-papiers sur le CRA de Lesquin

Crixus Nada
34
688 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
Le paradoxe incontestable de cette Europe-forteresse que nous sommes en train de construire, c'est qu'il faudra sans doute tirer un trait sur notre idéal de liberté et construire un mur tout autour de nous pour mettre réellement un terme à l'immigration. Nous sommes donc en train, et l'agence Frontex n'est qu'un prémice à ce rideau de fer qui s'érigera bientôt, de nous assiéger nous-même à l'intérieur de notre territoire. Ce que les pragmatiques politiciens négligent dans leur pensée statistique, c'est que la richesse de notre continent n'est dûe qu'aux intarissables flux migratoires qui durant des siècles et des siècles ont créé notre prospérité. Nos ressources, notre force de main d'oeuvre, nos arts, sont arrivés avec les "barbares", les "envahisseurs", les "métèques" et autres migrants que notre continent a accueilli ou réduit en esclavage depuis des millénaires. Si nous fermons les vannes, nous étoufferons à l'intérieur de notre ghetto protectionniste et finirons par recracher vers l'extérieur ces millions de citoyens du monde que nous avions su intégrer dans notre société occidentale. Ils fuiront vers leurs pays d'origine, éccoeurés et affamés par notre individualisme crasse. Que ferons-nous, pauvre peuple aryen et tristement blanc, lorsque toutes les couleurs se seront effacées de l'Europe pour nous laisser agoniser dans notre obscurantisme ? Il n'y a pas de superiorité occidentale, il n'y a pas d'eldorado européen, car tout ce qui a fait notre gloire est anéanti peu à peu par l'impact néfaste de nos politiques (anti)migratoires.

PAS DE SON AU DEBUT, C'EST NORMAL !!

http://www.dissidence-nordiste.org/article-18147646.html

0 commentaire