Advertising Console

    Rendez-vous en terre inconnue - A Socotra avec Emmanuelle Beart

    Reposter
    imineo.com

    par imineo.com

    3,5K
    10 892 vues
    "A Socotra avec Emmanuelle Beart
    Une ile encore mysterieuse !
    Au large de la Corne d'Afrique se trouve une petite ile encore peu connue : Socotra. Une ile ou Pline situa le Temple du Soleil et le Phenix, mythique oiseau qui renait de ses cendres. Une ile aux tresors qui a ete preservee, presque par ""miracle"". Un aeroport y a ouvert ses portes seulement en 1999, dix ans apres la chute du mur de Berlin. Huit mois par an, l'ile est inaccessible en raison des conditions climatiques extremes (pendant la mousson, les pluies sont presque continues et les vents violents). Sa superficie n'excede pas la moitie de la Corse, sa population est de quarante-quatre mille habitants. La richesse des especes qu'elle recele lui a valu le nom ""d'ile Galapagos de l'Ocean Indien"".



    Une vegetation rare
    Sur notre planete, elle est en effet quatrieme sur la liste des iles les plus importantes pour leur biodiversite. Socotra parait a certains egards hors du temps : une partie de la population vit dans des grottes et fait du feu avec deux bouts de bois. Sur les neuf cents especes de plantes que compte l'ile, 300 sont endemiques (c'est-a-dire qui n'existent nulle par ailleurs sur la planete). C'est le cas de l'etonnant ""Sang-Dragon"" vestige vivant de la vegetation africaine de l'ere tertiaire, arbre emblematique de l'ile. Sans oublier les adeniums, les arbres-concombres, etc. Ce fragile equilibre qu'etudie le Docteur en ecologie Abdelkader Bensada, mandate par les Nations Unies, est remis en question, notamment a cause du broutage des tres nombreuses chevres, pourtant unique moyen de subsistance des Bedouins. L'apiculture pourrait bien etre une solution a ce dilemme, car le miel de Socotra est le plus cher au monde. Une approche de developpement par les abeilles que tente Camille Sergent, une botaniste et apicultrice francaise. En trouvant d'autres revenus, les habitants pourraient ameliorer leur niveau de vie, abandonner l'elevage de chevre et ainsi preserver la biodiversite. D'autant que Socotra est sur le point d'etre classe Patrimoine mondial naturel de l'humanite par l'Unesco.



    L'or de la mer
    Les habitants de la magnifique cote sauvage de l'ile s'alimentent de poissons et pechent depuis toujours. Ils avaient preserve l'equilibre de la faune marine, en veillant a ce que le stock de poissons se reconstitue. Les cotes abritent deux cent cinquante especes de coraux et environ de sept cent cinquante especes de poissons differentes (dont plusieurs sont uniques au monde) explique l'oceanographe Jean Jaubert. Or, depuis quelques annees, la mondialisation frappe a leur porte. Les langoustes et les requins abondants dans ces eaux sont achetes a prix d'or par des gourmets yemenites, chinois ou japonais. En un jour, un pecheur peut attraper une demi-douzaine de requins dont les ailerons rapporteront 90 euros, soit un mois de salaire ! Des bateaux japonais aussi font de la peche intensive non loin. Fouad, un ancien pecheur socotri travaille aujourd'hui pour l'ONU avec Abdelkader Bensada pour promouvoir une peche plus respectueuse de l'environnement.
    Voir la video complete sur imineo.com : http://www.imineo.com/documentaires/societe/rendez-vous-terre-inconnue-socotra-avec-emmanuelle-beart-video-3911.htm"