Félix Guattari Effondrement sémiotique

oublierleracismeskyblog
727
2 380 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
Félix Guattari à l'Université de Vincennes en 1975

http://oublierleracisme.skyblog.com

3 commentaires


"le visage n'est pas une enveloppe extérieure à celui qui parle, qui pense ou qui ressent. La forme du signifiant dans le langage, ses unités même resteraient indéterminées si l'auditeur éventuel ne guidait ses choix sur le visage de celui qui parle ( "tiens il a l'air en colère...", "il n'a pas pu dire cela..."

Un enfant, une femme, une mère de famille, un homme, un père, un chef, un instituteur, un policier ne parlent pas une langue en général, mais une langue dont les traits signifiants sont indexés sur des traits de visagéité spécifiques.

Les visages ne sont pas d'abord individuels, ils définissent des zone de fréquence ou de probabilité, délimitent un champs qui neutralisent d'avance des expressions et connexions rebelles aux significations conformes."

Mille plateaux; Capitalisme et Shizophrénie 2, Gilles Deleuze, Félix Guattari, Les Editions de Minuit.
Par oublierleracismeskyblog il y a 5 ans
le visage construit le mur dont le signifiant a besoin pour rebondir... Le visage creuse le trou dont la subjectivisation a besoin pour percer...

D'après le premier aspect, le trou noir agit comme un ordinateur central, Christ, troisième oeil, qui se déplace sur le mur ou l'écran blanc comme surface générale de référence.

Quel que soit le contenu qu'on lui donne, la machine va procéder à la constitution d'une unité de visage, d'un visage élémentaire en relation bi-univoque avec un autre : c'est un homme ou une femme, un riche ou un pauvre, un adulte ou un enfant, un chef-ou un sujet, " un x ou un y ".

Le déplacement du trou noir sur l'écran, le parcours du troisième oeil sur la surface de référence constitue autant de dichotomies ou d'arborescences, comme des machines à quatre yeux qui sont des visages élémentaires liés deux par deux
Par oublierleracismeskyblog il y a 5 ans
Certains agencements de pouvoir ont besoin de production de visage, d'autres non.
le pouvoir maternel qui passe par le visage au cours même de l'allaitement;

le pouvoir passionnel qui passe par le visage de l'aimé, même dans des attouchements ;

le pouvoir politique qui passe par le visage du chef, banderolles, icônes et photos, même dans les actions de masse ;

le pouvoir du cinéma qui passe par le visage de la star et le gros plan, le pouvoir de la télé...

Si l'on considère les sociétés primitives, peu de choses passent par le visage... Les peintures, les tatouages, les marques sur la peau épousent la multidimensionnalité des corps. Même les masques assurent l'appartenance de la tête au corps plutôt qu'ils n'en exhaussent un visage.

http://www.philophil.com/philosophie/representation/Analyse/deleuze-visage.htm
Par oublierleracismeskyblog il y a 5 ans