Voulez-vous effacer les recherches récentes ?

Toutes les recherches récentes seront supprimées

Liker
À regarder plus tard
Partager
Ajouter

Le Kuduro débarque en France

il y a 10 ans384K views

Vidéo par chou.

Le kuduro débark dans la jungle urbaine

Par Axel Ardes.

Dans le centre culturel Jacques Prévert situé à Gagny, ville du 93 Chou est en train de filmer des couples dansant du Funana, une danse traditionnelle originaire du Cap vert qui se pratique à deux. Nous sommes venus filmer l’association Nostalgia di Cabo Verde, Nostalgie du Cap Vert en français. Les couples se séparent gentiment. Mais à la place d’une musique mielleuse de zouk cap-verdien, un rythme saccadé fait vibrer le silence. L’un des jeunes qui dansait de façon bien sage se met à avoir des hoquets de tout le corps. Ses jambes semblent se mouvoir seules. Il bouge de façon désarticulé, pantin qui veut vivre une vie d’homme, Pinocchio humain en manque d’amour en train de séduire la femme qui se trouve à côté de lui. Je me demande aussitôt s’il s’agit de tecktonik? Nous interviewons

K’est ce que C’ ?

Tecas, un jeune homme d’origine angolaise me donne les premières indications. Il a 21 ans et vit en France depuis plusieurs années. « Le Kuduro (prononcez : Coudourou), est une musique qui vient d’Angola me dit il. Elle a été créée en 1996 par Tony Amado qui a mélangé de la musique électronique et de la musique traditionnelle africaine». Pendant que nous parlons, le jeune danseur-désarticulé est rejoint par des amis. Ils se mettent à bouger ensemble au même rythme dans un battle qui enchaine défie, séduction et prouesse technique...

La suite de l'article : http://20minutes.bondyblog.fr/news/le-kuduro-debark-dans-la-jungle-urbaine

www.bondyblog.fr

Signaler cette vidéo

Quel est le problème ?

Intégrer la vidéo

Le Kuduro débarque en France
Lecture auto
<iframe frameborder="0" width="480" height="270" src="//www.dailymotion.com/embed/video/x47cpt" allowfullscreen allow="autoplay"></iframe>
Intégrer la vidéo à votre site avec le code d'intégration ci-dessus